Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

 Spiritualité des images

 

 

 

La vie du Christ. La crucifixion

 

 

« Emil Nolde 1867-1956 »

 

Grand Palais, Paris

 

jusqu'au 19 janvier 2009

 

.

 

Gilles Castelnau

 

25 septembre 2008
Emil Nolde est un expressionniste allemand
dans la ligne de Karl Schmitt-Rottluff qui avait fondé à Dresde en 1905 le mouvement « die Brücke » (le Pont) avec Ernst Kirchner, Erich Heckel , Max Pechtein, Otto Müller. Quelques années après, à Münich, Franz Marc , August Macke et Wassily Kandinsky lançaient dans la même veine « der Blaue Reiter » (le Cavalier bleu).

La violence de leur peinture aux formes simplifiées et aux couleurs superbes « exprimait » une émotion intérieure, une sorte de nécessité. Ils faisaient « sécession » selon leur mot de la bonne tenue des salons de la Belle Époque.

 

La vie du Christ

Ils prenaient la suite des « Fauves » français qu'étaient Matisse, Gauguin, Rouault, Derain, Vlaminck, van Dongen et d'autres. Picasso lui-même à la même époque disait « porter un soleil dans le ventre » et Matisse : « je me sers de la couleur comme moyen d'expression de mon émotion plutôt que d'imitation de la nature ».

 

La vie du Christ. Marie et l'enfant Jésus

 

Gauguin avait découvert à Tahiti une certaine « primitivité » perdue. Nolde aussi recherchera la vigueur de l'authenticité humaine profonde en voyageant jusque dans le Pacifique via la Sibérie, la Chine et le Japon.

 

La vie du Christ. Le doute de Thomas

Le nazisme. Nolde a été fasciné, un temps, par la puissance de l'idéologie nazie. Il y reconnaissait l'énergie vitale qu'il sentait monter en lui des profondeurs avec l'intensité que sa peinture exprime si fortement. Il est vrai qu'au contraire le communisme, son grand ennemi, proposait une fraternité, une camaraderie, un nivellement universelle qui s'opposait radicalement à ce culte du sang, de la force et du racisme avec l'antisémitisme et à la violence qui en découlaient.

Nolde était un protestant profondément croyant - nombre de ses tableaux le montrent à l'évidence - et, comme beaucoup de chrétiens de son temps, il s'enthousiasmait de la joie et de l'espérance suscitées par le nazisme naissant : Le pape Pie XII signait un concordat avec Hitler et la majorité de l'Église protestante allemande se faisait désormais appeler « Église des Chrétiens Allemands », suscitant par là même l'opposition de la petite - mais fidèle - Église Confessante Allemande.

Mais son style au dessin fruste, brut et épais était trop loin de la froideur académique officielle. On saisit même trente et un de ses tableaux pour les exhiber en 1937 à la grande exposition d' « art dégénéré » de Munich et en 1941 les nazis lui interdirent même de continuer à peindre.

 

La vie du Christ. La Résurrection

 

L'élan de Nolde, la fougue avec lesquels il peint les tableaux de la vie du Christ qui illustrent cet article, se retrouvent dans toute cette grand et éblouissante exposition. Cette flamme qu'il nous transmet dans ses toiles nous entraîne au-dessus de toute morosité passive, de toute langueur découragée pour retrouver, par delà le siècle qui nous sépare de lui, son appel à la vie, ce potentiel qui était celui du Christ qu'il a tant aimé, qui accueillait les infirmes et les vaincus de son époque pour les guérir et en tout cas les ressusciter de l'intérieur.

 

La vie du Christ. L'Ascension

 


Retour vers spiritualité des images
Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.