Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

Spiritualité

 

Le Saint-Esprit

 

pasteurs libéraux

 

transmis par Gilles Castelnau

 

Autres textes des pasteurs libéraux

 

 

Jacques Gradt

Le Seigneur est l’Esprit ! Là où est l’Esprit là est la liberté !

L’esprit plane au-dessus des eaux, lors de la création du monde : légèreté,

Le Seigneur crée l’homme poussière issue de la terre : légèreté issue de la pesanteur.

L’Esprit est présent dans le souffle ténu. Il descend comme une colombe sur Jésus baptisé, tel une flamme sur chaque disciple à la Pentecôte. légèreté toujours

L’Esprit tend à la joie à la paix, Il emporte, conduit, pousse, soulève, Il console, unit, envoie. Il est la vie !

Le corps de l’homme est le temple du Saint Esprit ! L’Esprit habite en nous : Il suscite en nous la parole, née de l’union de notre esprit et de notre corps. En Jésus l’Esprit est homme, Parole du Seigneur!

Spiritualité ! Est-ce la recherche de communion de tout notre être avec l’Esprit ? La spiritualité peut-elle être sans le corps ? Le Seigneur est l’Esprit ! Là où est l’Esprit là est la liberté !

 

 

Bernard Guiéry


Dieu est lumière.
Il est souffle. Il est source, eau vive et jaillissante.
Il est mémoire qui rappelle les paroles des prophètes.
Il est une présence d'amour.
Il commence par delà tout savoir et toute nomination.
Il habite dans l'homme.
En lui, il ose dire quelque chose de lui.
Dieu est Esprit.
Une porte s'ouvre et nous passons à l'abri du temps et du devenir.
Le divin n'est pas un « dehors ».
Il est en nous lorsque nous sommes attentifs à l'appel intérieur.

 

Vincens Hubac

De toute éternité, une énergie active le monde. Elle nous dit les cosmos, le Big Bang, les mondes passés, présent, à venir. Elle est dans la percée de la spiritualisation de la matière, de l'intelligence, de la sensibilité, de la beauté, de l'amour. En l'humain, cette énergie s'exprime en plénitude dans la contemplation, l'esthétique du silence, dans l'amour partagé, dans l'espérance. Cette énergie toute en l'homme Jésus de Nazareth est l'Esprit, Esprit personnalisant, Esprit de liberté, qui nous enveloppe et nous soulève dans des moments d'éternité


Jean-François Blancheton

L’Esprit de Dieu qui vint reposer sur Jésus de Nazareth et qu’il nous a transmis est créateur de liberté, de nouveauté, de dynamisme !
Brise légère ou vent violent, il surprend plus qu’il n’agite.
Si nous consentons à son habitation, il libère en nous la saveur de la parole de Dieu et nous dit la présence de Christ dans l’aujourd’hui et pour demain.

 

Gilles Castelnau

 

Il fut un temps où je disais de Dieu qu’il est le « Père tout-puissant créateur du ciel et de la terre. »
Jésus avait alors la tournure d’un sympathique fils de patron dont il fallait quand même prendre garde. Quant au Saint Esprit, il faisait de nous des fidèles soumis et sans initiative.

Mai 68 nous a ouvert à l’idée que Dieu était présent dans la fraternité humaine vécue par Jésus. On a fondé l’Association des Chrétiens contre la Torture, on a développé la Cimade et la lutte contre la faim dans le monde.

Le Père donnait une dimension universelle à ce souci de l’humanité et le Saint-Esprit nous y encourageait.

Aujourd’hui je ne vois plus Dieu dans le ciel car ce monde surnaturel me paraît non crédible et ses interventions ici-bas incompréhensibles.
J’ai aussi arrêté de diviniser l’humanisme de Jésus car il semble désormais bien naturel à nos contemporains

Je dis maintenant que Dieu est l’Esprit (je dis le Souffle car c’est le mot de la Bible) qui monte en nous, qui nous gonfle de force, de courage et d'harmonie et nous permet de résister aux forces destructrices de la vie et de la fraternité universelle. On peut dire aussi qu’il est le Fondement nourricier dans lequel nous sommes enracinés et où nous puisons la sève qui nous fait vivre comme elle fait vivre les animaux et les plantes, chacun à sa manière. Il est le logiciel qui permet au cosmos de fonctionner.

Jésus, par sa vie, son message et ses actions nous révèle l’Esprit de Dieu et nous montre à le distinguer des marabouts, des guérisseurs, des appareils de la Scientologie et de tous les charlatans.

L’évangéliste Jean rattache l’Esprit au Souffle du Christ ressuscité. Luc dans les Actes le voit plutôt en relation avec le don à Pentecôte des commandements de Dieu : ce ne sont plus les mots écrits sur des tables de pierre qui nous orientent mais le Souffle dans nos cœurs auquel il nous faut nous ouvrir.

Lorsque Jésus nous parle du Père, nous comprenons que l’Esprit de Dieu rayonne comme pour ainsi dire du ciel sur tout ce qui respire. Il est bien différent – et c’est la Bonne Nouvelle – des divinités rigoristes et menaçantes imaginées par certains, attachées à des rites ou à des doctrines, com

 

Laurent Gagnebin

- Je me rappelle un cours donné par notre professeur de Nouveau Testament, Henri Masson, quand j’étais étudiant à la Faculté de théologie de l’université de Lausanne. Il venait d’insister sur le fait qu’en Jésus « tout est (était) accompli », la Révélation complète et achevée. Je me suis permis de lever la main (interrompre ainsi « Monsieur le professeur » était chose très rare à l’époque) et lui ai demandé à quoi pouvait bien servir le St Esprit si tout était ainsi achevé à la Croix. Je ne me rappelle plus sa réponse, embarrassée ou non, mais pour moi le St Esprit a d’abord signifié que le chrétien n’avait pas à se tourner vers le passé, l’événement de la Croix par exemple, mais vers l’avenir. Si sur la Croix, tout est accompli, il n’en reste pas moins vrai que tout reste à faire.

- Dans un courrier échangé en juillet 1952 avec Albert Schweitzer, un autre professeur de Nouveau Testament, cette fois-ci à Paris, mon collègue Maurice Carrez, reprochait à Albert Schweitzer de situer « le centre de gravité de la foi chrétienne dans l’avenir ». Schweitzer lui répondit que ce n’était pas lui, mais que c’était Jésus qui faisait cela : « Le centre de gravité de la foi chrétienne n’est pas le drame rédempteur de notre dogmatique, mais la venue du Royaume de Dieu en notre cœur et dans le monde. »

- Pour moi, le St Esprit c’est d’abord la réalité de cette force divine qui nous inspire et nous habite, nous anime et nous porte, pour construire ce Règne de Dieu en nous orientant vers demain et non vers un passé centré sur une Croix dépassée.

- Le Saint Esprit, c’est Dieu en nous et dans ce « nous », je suis prêt avec Schweitzer à voir non seulement les humains, mais aussi le monde minéral, animal, végétal ; un monde cosmique. Ce Dieu en nous c’est l’au-delà (dans l’espace et le temps) du Dieu avec nous, Emmanuel.

 



Retour vers "libéralisme théologique"
Retour vers la page d'accueil
Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

«  

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.