Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

Spiritualité


Noël

pasteurs libéraux

 

transmis par Gilles Castelnau

Autres textes des pasteurs libéraux

 

 

Jean-François Blancheton

Lorsque j’évoque Noël, me reviennent spontanément en mémoire les joies des repas familiaux, la chaleur des cantiques partagés, le jaillissement d’une lumière dans la nuit froide.

J’entends encore clairement cette parole du prophète Esaïe : « Le peuple qui marchait dans les ténèbres voit une grande lumière, sur ceux qui habitaient le pays de l’ombre de la mort une lumière resplendit ». De ce jour, la lumière reste pour moi comme le signe d’une manifestation d’amour de Dieu en faveur de l’humanité.
Même si aujourd’hui, cette fête tend à perdre sa signification spirituelle, la lumière demeure comme l’aspiration des Hommes – de certains du moins - à la paix, à la fraternité, à l’espérance, à la vie renouvelée. Lumières déposées ça et là après les attentats, guirlandes éclairant les rues et les magasins de nos villes et de nos villages... lumières au réveillon des oubliés, lumières dans les cœurs blessés... Pour moi, Noël, c’est Jésus de Nazareth choisi par Dieu pour être la lumière qui brille dans les ténèbres ! C’est la possibilité offerte par Dieu de vivre et de revivre. Noël et Pâques se conjuguent, naissance et résurrection se marient pour dire le salut offert inconditionnellement à tous.

 

 

Daniel Bouyssou

En tant que croyant, je vis selon deux rythmes temporels. Le rythme humain linéaire selon lequel, comme on dit, chacun et chacun d’entre nous vieillit de 365 (366) jours par an. Pendant ce temps, je prie, et je vis sous le regard de Dieu en essayant d’intégrer ce regard dans les différents événements que je suis amené à traverser.

Mais je vis aussi selon un autre rythme : celui de l’année liturgique qui, lui, n’est pas linéaire mais cyclique.

Ainsi, Noël est-il pour moi, année après année, l’occasion de méditer et d’approfondir ce mystère ( 1 ) de Dieu qui s’incarne dans un petit enfant qui, comme tous les enfants, est faible, fragile, et ne peut ni vivre ni grandir sans les soins de ceux qui l’entourent.

Ainsi, selon le temps profane, le Christ pour moi est tout à la fois celui de l’évangile, de Noël, de Pâques, de l’Ascension...

Mais dans le temps liturgique s’opère comme un focus sur ce Dieu qui, année après année, ne cesse de naître au cœur de ma vie. ( 1 )

_________

Mystère pris au sens non pas de ce qui est caché et qu’on ne doit pas trop chercher à comprendre, mais au contraire de ce qu’on n’a jamais fini d’approfondir afin d’en découvrir les richesses.

 

 

Gilles Castelnau

Pendant une semaine, jusqu’au 25 décembre (comme on dit aujourd’hui), l’Empire romain était en fête et je pense que Jésus y participait comme tout le monde. Il avait des amis païens qui l’invitaient peut-être chez eux. Par exemple le centurion dont il avait guéri le jeune serviteur. Il devait aimer ces réjouissances du solstice.

- D’abord c’était la fête de la lumière. Le « Soleil invaincu » recommençait à augmenter, la « lumière brillait dans les ténèbres ». On allumait des torches et des chandelles, on échangeait des cadeaux.

- Il y avait les Saturnales, célébration du Règne de Saturne plein de douceur et de justice. Les maîtres servaient leurs esclaves, les hommes écoutaient leurs femmes. Jésus devait partageait ce rêve. On peut participer à une fête sans adhérer à toutes ses doctrines. Il pensait au Dieu vivant auquel on dit : « que ton Règne vienne ! »

- Le 25 décembre on célébrait l'anniversaire de Mithra. Jésus n’était pas non plus son adorateur. Mais Mithra était loin d’être antipathique. Il était sauveur et promettait la victoire de la vie sur les forces de la mort. Son « sang éternel » faisait vivre. Il était monté sur le char du Soleil de Justice et à la fin des temps il reviendrait anéantir le mal et donner l'immortalité aux hommes.

Jésus, comme nous d’ailleurs, devait aimer ces fêtes et les premiers chrétiens ont pensé à célébrer sa fête ce jour-là. Il y aurait sans doute participé joyeusement et... aurait apporté comme nous son offrande aux marmites de l’Armée du Salut ou aux Restaurants du Cœur de Coluche.

 

 

Laurent Gagnebin

« C'est cela l'Evangile : l'annonce que Dieu est né en l'homme. » (Maurice Bellet)

« L'incarnation divine n'est aucunement une descente du Ciel, puisque le Ciel est en nous. » (Maurice Zundel)

« La plus haute révélation de Dieu se trouve en chaque être humain. » (Ralph Waldo Emerson)

 

 

Jacques Gradt

Abraham et Sara avertis par les anges accueillent Isaac, qui signifie elle a ri.

La fille du Pharaon accueille l’enfant Moïse, qui signifie sauvé des eaux.
Il libérera son peuple
Myriam est là et veille, Joseph et ses songes n’est pas loin.

Manoach et sa femme
accueillent Samson, qui signifie soleil ou serviteur.

Elkana et Anne accueillent Samuel qui signifie Dieu a exaucé.

Zacharie et Elisabeth accueillent Jean qui signifie l'Éternel a fait grâce.

Joseph averti en songe et Marie par l’ange Gabriel Accueillent Jésus dont le nom dit : l'Éternel sauve.

A notre tour à Noël nous accueillons l’enfant
que Dieu prend par la main
et établit pour être « la lumière des hommes,
ouvrir les yeux des aveugles,
faire sortir de prison le captif. »

Ce « petit enfant qui mènera paître ensemble le veau et le lionceau » comme le dit le prophète Esaïe.(42,6 et 11,6)

Toujours le même enfant, de siècle en siècle ?
Joie, libération, service, exaucement, grâce et salut

En lui renaissent amour, confiance et espérance !

Noël !

 

Bernard Guiéry

D'après Maître Eckhart, c'est dans « le fond sans fond » de l' âme humaine que nous contemplons la naissance de Dieu, naissance spirituelle, éternelle dont le récit de Noël est une « illustration » imagée et symbolique.

 

 

Claudia Heidemann

« Les forts seuls, on les voit vaciller et nus et droits continuer. » (Konstantin Wecker, traduit de l’allemand : Nur die Starken sieht man schwanken und nackt und aufrecht weitergehen.)

Et si c’était ça Noël ?

Celui qui habite en moi me rejoint dans ma vulnérabilité,

Celui qui habite en moi partage ma fragilité, ma pauvreté,

Celui qui habite en moi se plaît dans mon cœur ouvert, afin de rendre son humanité et sa dignité à l’être humain que je suis pour que, telle que je suis, vaillante et nue, je trace mon chemin tout droit.

 

 

Michèle Sourisseau

Pour avoir prêché dix années de suite à Noël devant le même public ( ! ), j’évite maintenant le sujet... Du Soleil invaincu aux guirlandes des sapins et cantiques sirupeux dans les grands magasins, j’ai tellement raconté ce que Noël n’était pas...

Alors, au seuil de l’Avent 2016, je vais encore tenter de répondre à cette demande de verbaliser cette Energie qui me pousse à re-dire l’ Espérance de Noël avec mes mots d’aujourd’hui...

Noël, c’est l’accueil de Celui qui vient changer nos vies - et, en cela, Noël est toujours neuf...

C’est une fête exigeante pour les adultes chrétiens que nous sommes, parce qu’elle nous invite à retrouver le sens de l’émerveillement. Quelle gageure à notre époque de désenchantement !

Sommes-nous encore capables de nous élever au-dessus des sombres pensées qui nous envahissent si souvent en constatant le triste état de notre monde ?

Pourtant, le quotidien des travailleurs de Palestine était certainement fait aussi de soucis et d’incertitudes, quand ils se sont déplacés en pleine nuit pour aller voir un enfant à Bethléem...

Du récit merveilleux que nous apporte Luc, je retiens surtout la joie..., une joie intérieure, authentique, qui surpasse tout et en dépit de tout...

La Joie née de cette incarnation de la Parole de Dieu dans le monde des hommes, hier, aujourd’hui, demain...

Il a vécu parmi nous, plein de grâce et de vérité... A ceux qui ont cru en lui, il a donné le droit de devenir enfants de Dieu... La Joie de Noël, inaltérable, profonde...

 

 



Retour vers "libéralisme théologique"
Retour vers la page d'accueil
Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

«  

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.