Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

Spiritualité

 

John S. Spong

 

La vie fondamentaliste

 

 

31 juillet 2018

Traduction Gilles Castelnau

 

Question


Pourquoi le christianisme augmente-il dans sa forme fondamentaliste et périt-il dès qu’il s’efforce de pénétrer la pensée du monde moderne ?

 

 

Réponse



Les statistiques conduisent parfois à des conclusions discutables. Les Églises évangéliques conservatrices semblent bien, en effet, grandir et les Églises traditionnelles, ou du moins celles qui sont ouvertes au monde moderne semblent bien s’enfoncer.

Une lecture plus précise des statistiques montre que globalement le christianisme décline au 21e siècle dans toutes les nations développées du monde. De plus en plus, les gens modernes et éduqués abandonnent l’Église en trouvant que son message ne leur apporte plus rien.
Quant à ceux qui y demeurent et se constituent effectivement généralement en communautés évangéliques, ils se centrent sur des points de doctrine ou d’éthique de plus en plus pointus. Ils sont, avant tout, à la recherche de certitudes et de sécurité intellectuelle. Et certains promeuvent même des campagnes d’ « évangélisation » afin d’attirer de nouveaux adeptes.

Mais les Églises traditionnelles veulent se confronter aux réalités du monde moderne, et elles comprennent qu’elles ne doivent plus se contenter du langage religieux traditionnel avec ses récits de miracles, d’interventions divines, de prières miraculeusement exaucées et des péchés rachetés par le sang de la croix.
Le problème est qu’elles parlent alors davantage de ce qu’elles ne croient pas que de ce qu’elles croient ! Et les enseignements négatifs n’attirent pas. C’est la raison pour laquelle elles tendent à disparaître.

Mais la certitude et la sécurité intellectuelle ne sont pas – même si elles les font vivre - des messages que les Églises évangéliques conservatrices ou fondamentalistes peuvent se contenter de prêcher.

A New-York l’organisation « Fondamentalistes anonymes » s’est fondée sur le modèle des « Alcooliques anonymes », dans le but de venir en aide à ceux qui veulent se libérer des illusoires « certitudes » du fondamentalisme.
Une association analogue est celle des « Catholiques guéris ».

Des communautés de diverses dénominations catholiques et protestantes s’efforcent désormais d’avoir un message systématiquement positif et non négatif : ouverture, engagement, franchissement des limites traditionnellement posées à l’accès au mystère de Dieu.
Elles valorisent les questions des gens et ne prétendent pas connaître toutes les réponses.
Ces Églises-là sont également en croissance. Elles se regroupent sur le site internet américain ProgressiveChristianity.org, sur le site anglais pcnbritain.org.uk et sur les sites d’autres pays anglophones.

Les gens intéressés peuvent ainsi prendre facilement contact avec ces communautés ouvertes.

 

Retour vers "John Spong"
Vos commentaires et réactions

haut de la page

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.