Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

Théologie du Process

 

Question posée au professeur J. Cobb

 

Dieu agit-il directement

sur les gens et sur les événements

ou influence-t-il seulement

notre esprit ?

 

 


Réponse du professeur Cobb

21 avril 2004

Il faut s'entendre sur la question. Pour les théologiens du Process, Dieu ne cesse d'agir. Il n'agit pas « sur » les événements mais il « participe » à la venue de chaque événement, ce qui a évidemment des répercussions sur les événements qui suivront. Un événement est toujours causé par les événements précédents ; il en est notamment ainsi dans le mouvement des neurones de notre cerveau et le surgissement de nos pensées.
Whitehead évoque même l'influence sur nous d'événements anciens ou l'influence d'un autre sur nous par télépathie. Mais ceci est une autre question.

Bien que l'action actuelle de Dieu dans nos vies soit le fondement même de notre existence même et de notre liberté, il faut aussi remarquer que les événements passés y jouent également un rôle considérable. Notre présent est fondamentalement la suite logique de notre passé immédiat.
La psychologie sociale a clairement mis en lumière l'importance de notre situation familiale et, globalement, de tout notre environnement sur notre situation actuelle. Notre situation présente est, avant tout, déterminée par notre histoire passée, notre sexe, notre race etc. La présence de Dieu prend place parmi ces éléments et n'est pas, bien entendu, le moins important.

La question se pose donc de savoir si Dieu agit directement sur les gens et sur les événements ou s'il influence seulement notre esprit. Il est évident que Dieu a influencé les gens et les événements de notre entourage qui nous a, à son tour, influencé.
Cette influence s'exerce à la fois à long terme, à travers de multiples intermédiaires, et de manière immédiate et personnelle.
Sans Dieu il n'y aurait rien. C'est Dieu qui permet que tout existe, que la vie se développe, se complexifie et que les êtres vivants aient une âme. En y songeant, on comprend que l'influence de Dieu s'exerce sur nous à travers des intermédiaires étalés sur les milliards d'années.

De façon plus proche et plus immédiate, on peut préciser que l'influence de Dieu sur nous s'exerce également de façon étroite et personnelle à travers nos amis et nos proches. La vie d'Église est un milieu privilégié en ce qui concerne la présence divine. Non seulement on s'y sent personnellement encouragé, mais aussi on s'y trouve sous l'influence de personnes qui sont elles-mêmes sous l'influence de Dieu.
Il faut naturellement être aussi conscient de ce que les membres de l'Église ne sont pas seulement sous l'influence de Dieu mais sont, tout comme nous, influencés également par leur vie profane et par la réalité de leur propre passé. Il arrive donc que l'on entende dans les Église nommer « Parole de Dieu » des idées que les théologiens du Process jugeraient tout à fait fausses et même pernicieuses. On y confond trop souvent avec la plus grande sincérité des règles de morale et des points de doctrine avec la Parole de Dieu lui-même, ce qui n'est pas toujours sans conséquences graves. Dans les Eglises le fanatisme n'est jamais très loin.

Mais la vérité de Dieu peut toujours se frayer un chemin à travers le maquis de nos coeurs. Nos paroisses comptent bien des fidèles véritablement ouverts à Dieu. Nous pouvons bénéficier avec confiance de cette présence de Dieu que nous reconnaissons en eux et prendre modèle sur la sainteté, qu'inconsciemment, ils incarnent.
Il est vrai qu'aussi saints qu'ils soient, ces fidèles exemplaires demeurent faillibles, sujets à l'erreur dans la mesure où ils sont, comme tout le monde soumis aux influences pernicieuses du monde. Leur foi, leurs croyances, leurs actes sont une lumière dans notre monde de ténèbres, mais ne peuvent néanmoins jamais incarner parfaitement la Parole de Dieu.
C'est pourtant tels qu'ils sont, à la fois exemplaires et faillibles qu'ils sont les instruments que Dieu utilise pour notre bénédiction.

Dieu se sert aussi pour nous des livres laissés par les fidèles d'autrefois. J'écris cet article au mois de décembre, au moment de célébrer la naissance de celui dont l'importante est plus grande que tout autre. Le Saint Esprit de Dieu rend vivants pour nous les récits des Évangiles et ce sont eux qui à leur tour donnent vie à la présence divine en nos coeurs.
Mais ici encore nous devrons être attentifs : que de crimes ont été commis au nom du Christ par des hommes qui se croyaient sincèrement inspirés par le Saint Esprit !

Et c'est bien sûr au nom du Christ que nous nous efforçons d'éviter les mauvaises déviations !

 

Traduction Gilles Castelnau

 

Retour vers John Cobb
Retour vers la théologie du Process
Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.