Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 


 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 


Spiritualité

 

Tout ce dont on a besoin
est l'Amour

All You Really Need is Love


Don Cupitt

Publié sur magazine de Sea of Faith-Nouvelle Zélande


Théologie « non-réaliste »


                                                                                                        traduction Gilles Castelnau

25 février 2023

Un correspondant indigné m’écrit : « Mais qui priez-vous donc, vous les ‘non-réalistes’ ? »

La réponse est simple : « l’Amour ».

Je connais une paroisse progressiste de Nouvelle-Zélande qui a produit son propre recueil de cantiques non réalistes. Ils ont discuté ensemble du langage qu’ils se considèrent comme définitivement obsolète et l’ont éliminé. On peut désormais, dans cette église, participer au culte sans rien entendre d’incroyable.

On peut d’ailleurs noter que dans les recueils de cantiques habituels, il y a déjà de nombreux chants non-réalistes : beaucoup ne disent pas « Dieu » mais

Amour
ô Amour
O Amour parfait
Viens, Amour divin,
Amour immortel.

(NB de G.C. : mais on ne trouve pas un seul cantique de la sorte dans nos recueils français qui sont tous absolument « réalistes »)

 

Nombreux sont les cantiques qui expriment déjà une parfaite théologie non-réaliste où l’Amour est Dieu, l’Amour s’incarne en Christ, l’Amour conquière et sauve toutes choses, il n’y a pas d’autre Dieu que l’Amour et croire en Dieu revient à croire en la divinité de l’Amour. Il est, bien sûr, clair que croire en quelque chose n’est pas croire que cette chose existe.

Le non-réalisme est tout simplement le cœur du christianisme.

I Jean 4.7-8 :

Quiconque aime est né de Dieu et connaît Dieu.
Celui qui n'aime pas n'a pas connu Dieu, car Dieu est amour.

Jean montre bien que les mots amour et Dieu sont interchangeables. Le mot Dieu ne désigne pas un être métaphysique distinct, c’est tout simplement le nom de l’Amour. La Bible ne dit nulle part : « tu liras ce livre dans un esprit fondamentaliste systématique. »


La doctrine chrétienne n’a jamais été qu’une toute simple poésie de l’amour : « Ô amour qui m’a amené à porter l’image de la divinité » chante un de nos cantiques et personne ne s’y oppose.

Mais si le Père Anthony Freeman l’écrit clairement - et avec un grand succès - dans son livre God in Us (Dieu en nous) les autorités catholiques déclarent qu’il s’agit de l’hérésie la plus condamnable et le démet de ses fonctions.


Comment se fait-il que ce qui semblait indiscutablement chrétien soit brusquement perçu comme menaçant la piété orthodoxe par les autorités ? Subitement l’ancienne poésie de l’amour qui semblait jusqu’ici représenter le cœur du christianisme est considéré comme opposé aux dogmes immuables du christianisme.


Les gens ont besoin de l’assurance que donnent les dogmes et l’autorité.

Pourtant des penseurs protestants comme Matthew Arnold ont encouragé à lire la Bible avec un esprit libre et critique. Il disait qu’on ne connaît Dieu que par sa Parole et par la foi. Les cantiques nous font vivre le christianisme comme le chant poétique et sacré de l’Amour. Mais dans la vie ordinaire c’est le pouvoir qui compte de sorte qu’on est prêt à ne considérer comme orthodoxe que les doctrines se fondant sur l’autorité. Voltaire a dit que les autorités ecclésiastiques ne considéraient comme orthodoxes que les doctrines qui les avantageaient.


 
L’opposition entre réalistes et non réalistes est tout à fait sérieux. Leurs Dieux sont parfaitement opposés. Le Dieu des réalistes est un concentré de pouvoir spirituel alors que celui des non-réalistes est l’Amour qui se donne et s’abandonne. C’est un Dieu solaire, le Dieu de l’amour plus fort que la mort.

 

 

 

Retour
Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.