Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

 


 
Nous ne sommes plus orthodoxes

Interviews de sept croyants non traditionnels

 

Orthodox No Longer


Martin Thielen

pasteur de l’Église Unie du Christ
  États-Unis



traduction  Gilles Castelnau

 

 

8 juillet 2022


[...]

 

Je suis en relation avec des gens dont le nombre s’accroît régulièrement et qui n’adhèrent plus à leur religion de façon orthodoxe. Dans le désir de mieux les comprendre, j’ai interviewé sept d’entre eux. Ce sont des laïcs et des membres du clergé (à la retraite ou ayant quitté le ministère). Certains sont toujours pratiquants, d’autres non. Je les ai choisis différents en matière de tradition religieuse, de localisation géographique et d’âge. Leur nombre est réduit mais ils représentent un très grand nombre de gens qui ne suivent plus les habituelles traditions religieuses.

 


 Ils ne croient plus aux doctrines traditionnelles

 

Ils ne croient plus en un Dieu du ciel tout-puissant, omniscient et aimant, qui interviendrait de manière surnaturelle dans le monde, avec lequel on entrerait en contact direct par la prière et qui ferait des miracles.
Mon petit groupe de sept personnes non orthodoxes ne croit plus en ce genre de Dieu personnel, surnaturel et interventionniste.

Ainsi, ils ne croient plus en la doctrine de la providence. Étant donnée la souffrance accablant tout l’univers, aussi bien la vie de la Nature que celle des hommes, les cancers, les démences, les ouragans, les inondations, les famines, les pandémies, les génocides, les guerres, ils ne voient pas Dieu protégeant particulièrement la création et ils rejettent l'idée d’une intervention directe de Dieu.

Le groupe rejette aussi la croyance en des doctrines traditionnellement très orthodoxes comme la naissance miraculeuse de Jésus, les récits de miracles de guérison, la compréhension littérale de la Résurrection ainsi que le récit de l’Ascension. Leur Jésus est humain, non divin.

Aucun d’eux ne croit en une lecture littérale de la Bible dont ils ne croient pas qu’elle soit divinement inspirée. Ils pensent qu’elle est un document humain rédigé avec toutes les limitations des temps anciens tant dans le domaine scientifique que social ou théologique. Ils accordent tout à fait sa valeur à la Bible mais ne croient pas qu’elle soit « le livre de Dieu pour le peuple de Dieu ».

Ils rejettent encore bien d’autres doctrines traditionnelles comme celle de l’enfer, du Retour prochain du Christ, le salut par le sang de la Croix, le salut des seuls croyants, l’efficacité de la prière de demandes, la Trinité.

Ils disent bien qu’ils ne récusent pas ces idées par principe mais qu’ils ont tout simplement progressivement arrêté d‘y croire.

 



Ils ne croient plus en une religion institutionnalisée


Les sept que j’ai interviewés ont tous eu des relations compliquées avec leur Église. Ils en ont tous été des fidèles conscients et pratiquants. Plusieurs en ont même été pasteurs. Aujourd’hui ils ne sont plus que deux à y rester fidèles, plutôt il est vrai pour des raisons relationnelles que religieuses. Les cinq autres ont quitté leur paroisse bien qu’ils participant volontiers à l’occasion à sa communauté.

Bien que les sept aient dit avoir été déçus et désillusionnés de la religion institutionnalisée, aucun n’a manifesté d’attitude hostile à son égard. Ils ont exprimé au contraire de la reconnaissance pour tout ce que l’Église leur a donné, même s’ils ne l’acceptent plus aujourd’hui. Mais tous disent avoir souffert de l’attitude de l’Église à leur égard, particulièrement ceux qui ont été pasteurs. Quant aux deux qui continuent leur relation avec l’Église, ils le font pour des raisons de relations personnelles et familiales et non pas parce qu’ils croient encore à la théologie de l’Église ou à son intégrité institutionnelle.

 


Que croient-ils donc ?


Aucun des sept ne s’est déclaré agnostique ou athée.

 

Bien qu’ils soient très différents les uns des autres ils ont néanmoins beaucoup en commun sur le plan théologique et promeuvent le christianisme à leur manière. Par exemple, tous affirment croire en une sorte de dynamisme créateur agissant dans l’univers. 

Ils croient également aux valeurs chrétiennes traditionnelles que sont l'amour, l'intégrité, la compassion, la vérité, l'humilité et la justice, bien que certains les qualifient plutôt d’humanistes.

 

Ils se considèrent tous comme disciples de Jésus. Pas le Christ divin, né d'une vierge, qui a marché sur l'eau, guéri les aveugles, est ressuscité des morts et est monté au ciel. Ils croient en un Jésus humain qui aimait les pécheurs, répandait la grâce, accueillait les exclus, bénissait les enfants, faisait preuve de compassion, agissait avec bonté et réclamait la justice.

Ils promeuvent ses enseignements, suivent son exemple et se laissent animer par son esprit.

 

Ils sont évidemment post-orthodoxes et post-église, mais ils ne sont certainement pas post-Jésus et le nombre de nouveaux croyants qu’ils représentent est en rapide augmentation

 

 





Retour vers Spiritualité

Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.