Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


État-Unis
Des églises pour les Noirs
un refuge nécessaire


 

All Black Spiritual Spaces: A Necessary Refuge

 

 

Christena Cleveland  

docteur en psychologie sociale
docteur honoraire de la faculté de théologie protestante de Virginie

 

traduction Gilles Castelnau


16 juillet 2020

J’avais 5 ans quand une responsable religieuse blanche m’a appelée N... (Nigger, nègre).
Pour élargir notre horizon culturel, nos parents nous avaient inscrits, mon frère et moi, dans le camp biblique d’une paroisse à prédominance blanche de la banlieue de San Francisco. Il est arrivé que mon frère et moi étions si engagés dans un jeu que nous n’avons pas prêté attention à l’appel de la monitrice. Agacée, elle s’est mise à crier : « Eh ! les nègres, je vous attends ! »
On ne m’avait jamais appelée ainsi mais comme nous étions les seuls noirs, mon frère et moi, j’ai bien compris qu’elle se référait à notre couleur ! J’ai baissé la tête et je suis entrée dans la classe en me sentant non désirée et insécurisée.

’est bien souvent par la suite que ma divine couleur fut mentionnée négativement dans une paroisse blanche de sorte que je m’y suis sentie effectivement non désirée et insécurisée.

Je garde aussi le souvenir du 17 juin 2015 où un homme blanc armé a mitraillé et tué la pasteur Clementa Pinckney et neuf fidèles de l’église noire méthodiste épiscopalienne Emanuel de Charleston, en Caroline du Sud.

J’en suis arrivée à l’idée que les Noirs n’étaient pas en sécurité dans les églises blanches. J’ai souvent été traitée comme une mascotte, rencontré d’étonnante incompréhensions, affronté d’incontestables préjugés anti-Noirs et réduite au silence.
C’est pourquoi le mitraillage de l’Église de l’Emanuel est tellement obsédant : il révèle que les Noirs ne sont pas en sécurité même dans leurs propres églises, alors même que ces églises ont été créées justement pour leur servir de refuge.

Le fait que les églises noires aient été pensées comme des lieux où les Noirs seraient protégés du racisme fait partie de l’ADN de l’Amérique.

Durant la période de l’esclavage, les pasteurs blancs enseignaient que la domination et l’infériorité raciale que les Noirs subissaient étaient justifiées par les épitres de Paul et ils omettaient intentionnellement le message libérateur de Jésus dans les Évangiles.
Le théologien et pasteur Howard Thurman notait : « A l’époque il était dangereux de faire comprendre aux esclaves que la vie et l’enseignement de Jésus représentaient la liberté pour les captifs et libération pour ceux qui étaient prisonniers des liens économiques, sociaux et politiques. »

Les Églises gouvernées par les Blancs étaient le quartier général de la soumission des Noirs et de l’inégalité raciale qui ont longtemps donné sa forme au christianisme blanc.

« L'Église épiscopale méthodiste africaine (AME) a été fondée en protestation contre le racisme, dit Yolanda Pierce, doyenne de la Howard Divinity School. L’Église noire elle-même a été conçue comme un sanctuaire protégeant de la violence blanche. » C’est ainsi que l’Église noire constitua un entourage durable destiné à protéger et à libérer les Noirs des discriminations de l’Église blanche. Ceci continue.

Alors qu’au 19e siècle, de nombreuses Églises noires promouvaient des efforts abolitionnistes et anti-lynchage et au 20siècle le mouvement des droits civiques, les Églises blanches, par contre, soutenaient pour la plupart le maintien du statu quo de l’inégalité raciale et résistaient activement à tout changement.

Aujourd’hui, alors que le mouvement des Black Lives Matter galvanise le monde bien au-delà des Etats-Unis, les protestants blancs sont les seuls à s’opposer en majorité à une telle évolution, selon l’Institut de Public Religious Research. Ce sont 62 % des protestants blancs qui disent que la police traite pareillement les Noirs et les Blancs. 57 % disent que les récents meurtres de Noirs par la police ne sont que des incidents isolés qui ne ressortissent pas d’une société anti-Noirs. Il n’est pas étonnant qu’ils soient des soutiens de Trump.

J’aimerais pouvoir dire que ce les protestants blancs sont le seul problème ! Mais j’ai passé beaucoup de temps dans les milieux catholiques, interreligieux, bouddhistes, hindous et séculiers et j’y ai rencontré la même ignorance, le même soutien du monde blanc et la même résistance à l’instauration d’une véritable équité raciale.

Il semble que le problème soit la mentalité des Blancs et dans toutes les communautés religieuses où les Blancs sont en majorité, les Noirs comme moi sont des cibles de la violence.

Comment donc les communautés religieuses comprenant une majorité de membres qui refusent de reconnaître vraiment que le problème est toujours d’être blanc pourront-elles honorer le côté divin des Noirs qui s’y présentent ?

Elles ne le peuvent pas.

C’est pourquoi – parmi d’autres raisons – je renouvelle mon engagement dans la constitution et le soutien de communautés religieuses entièrement noires.

Nous avons, en effet, besoin d’endroits où les Noirs puissent rencontrer Dieu, travailler à l’égalité et s’efforcer de restaurer notre divine identité raciale.

 


Retour vers spiritualité
Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : gilles@castelnau.eu
Il ne s'agit pas du réseau Linkedin auquel nous ne sommes pas rattachés.
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque