Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


 

 

 

Qu'est-ce qu'être protestant ?

 

 

 

Raphaël Picon



Publié dans l'hebdomadaire protestant Réforme
en 2013



Pendant très longtemps le protestantisme s’est défini par rapport au catholicisme, donnant par là l’impression que sa théologie, sa compréhension de la foi chrétienne et des pratiques religieuses restaient relatives au modèle catholique. Il est plus fréquent aujourd’hui de considérer chaque confession chrétienne dans sa logique et sa cohérence, à l’instar d’une langue qui a ses usages et ses règles de grammaire. De même qu’une langue peut être traduite dans une autre, une confession ou une religion peut être comparée et trouver des équivalences dans une autre. Et de même qu’une langue n’est jamais totalement traduisible, une religion renvoie, elle aussi, à des différences irréductibles. Au moins deux me paraissent fondamentales.

En 1999 a été signé entre luthériens et catholiques une déclaration commune sur la justification par la foi. C’est une avancée sur le plan œcuménique : la justification est reconnue par tous comme un don de Dieu et de Dieu seul. La différence tient au fait que dans le protestantisme, cet article de foi n’est pas un article parmi d’autres. Il est l’article premier à partir duquel l’ensemble de la foi, de la théologie, des pratiques ecclésiales va être défini.

Cette différence quant à l’application de ce principe explique notamment ce qui constitue l’un des points de rupture fondamental entre catholicisme et protestantisme : la conception de l’Église. Au nom de la justification par la foi (et comprenons bien ici que la foi est grâce et non adhésion doctrinale, donc œuvre humaine), l’Église, dans le protestantisme, est comprise comme une réalité seconde. Elle est au service d’une prédication qu’elle reçoit, qui la fonde et qu’elle a pour mission de transmettre.

 

Modèles d’Églises

L’Église n’est d’aucune façon dépositaire des conditions d’accès au salut ; elle est suscitée par l’Évangile qu’elle prêche et par lequel elle enseigne le salut, la grâce, le Christ. De cette conception de l’Église découle une approche radicalement différente du ministère. Comme le rappelle Vatican II, c’est en distribuant l’hostie que le prêtre, en tant qu’il participe du sacerdoce de l’évêque, rend le Christ présent. Rien de tel pour le pasteur qui ne représente pas le Christ, même symboliquement, mais enseigne le Christ à la communauté. Ce n’est pas le prêtre mais la communauté qui représente le Christ, lorsqu’elle est saisie par la parole de Dieu à travers la prédication et les sacrements.

Une autre différence fondamentale entre catholicisme et protestantisme réside sur l’organisation de l’Église. Dans le premier, le modèle ecclésial demeure impérial. C’est l’évêque qui fait l’Église. On peut dès lors parler d’un modèle hiérarchique.

Dans le protestantisme, le modèle qui dès la Réformation se met en place est celui de la délibération synodale, de la confrontation plurielle aux textes bibliques. On peut ici parler d’un modèle démocratique. Nous n’induisons pas que la démocratie serait absente du catholicisme, mais sa structuration relève d’une autre représentation du pouvoir et de l’autorité.


Retour vers Raphaël Picon
Retour
Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

allé  

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.