Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


 


 

 

Les Églises nous préoccupent !


un peu trop ?

 

 

Raphaël Picon

professeur et doyen de la Faculté de théologie protestante de Paris

Rédacteur en chef du mensuel Évangile et liberté

 

article paru dans Évangile et Liberté de ce mois

 

 

1er mars 2013

Les Églises nous préoccupent, assurément ! Un peu trop ? On attend d’elles qu’elles s’engagent au bon moment, en disant ce qu’on souhaite que tout le monde pense.
Qu’elles soient contre le mariage pour tous !
Qu’elles soient pour la bénédiction des couples homosexuels !
On s’inquiète à leur sujet dès qu’elles se crispent un peu ou s’ouvrent un peu trop.
On veut que les autorités qui les animent prennent position.
Disent oui ou non, tranchent, et se souviennent surtout que « Dieu vomit les tièdes » (Ap 3,15).

Mais le protestantisme, – faut-il le rappeler ? – n’a ni magistère, ni autorités. Il a une Bible lue, commentée, discutée, dans les jeux d’ombre et de lumière de l’existence humaine, de l’actualité du monde, des sciences, des arts et des techniques. C’est le génie et le défi permanent du protestantisme. À Dieu seul la gloire ! Plus aucun dieu ni plus aucun maître ne tire les ficelles ! Chacun de nous est renvoyé à sa conscience, à son devoir d’examen.

C’est désormais à toi, à moi, de se lever, de prendre la parole, et de trouver sa voix/voie. Des Églises, il faut s’en affranchir dès qu’elles se prennent pour l’Évangile et prennent notre place ! C’est l’un des plus beaux paradoxes du protestantisme ! Les Églises sont nécessaires, mais pour enseigner ce qui les rend d’emblée relatives et secondes : l’Évangile qui les fonde et les anime. On ne veut pas des Églises qu’elles pensent à notre place car les Églises, c’est nous !
C’est à nous de prêcher le salut de tous, de faire ainsi Église, pour que chacun puisse se faire confiance et penser par lui-même ! Aux Églises, à nous, de confesser que le Christ est un appel à transfigurer le monde, pour nous apprendre à résister aux négativités de l’histoire ! Oui, nous voulons des Églises qu’elles ne s’engagent pas à notre place mais qu’elles nous recentrent sur l’essentiel :
Un Évangile qui nous convoque, nous appelle et nous donne la parole !


Retour vers Raphaël Picon
Retour
Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

allé  

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.