Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

Spiritualité

 


Rencontrer Jésus
pour la première fois

 

Le Jésus historique ; le cœur de la foi contemporaine

 

« Meeting Jesus Again for the First Time:

The Historical Jesus & The Heart of Contemporary Faith »

 

Ed. HarperCollins, New York. 1994. 150 pages

 

 

Marcus Borg

professeur de théologie à l'université de l'État d'Oregon, États-Unis

 

Recension Mike Christianson


 

 

12 mai 2011

Marcus Borg, qui est professeur de théologie à l’Université d’État de l’Oregon, sans être explicitement Quaker, se rapproche néanmoins de leur manière de penser.

Il a déclaré ceci :
« ... Je ne considère plus que la vie chrétienne soit avant tout une question de croyances : croire en Dieu, croire en la Bible, croire en la tradition chrétienne. La vie chrétienne est plutôt d’entrer dans une relation avec ce que désigne la tradition chrétienne que l’on peut appeler Dieu, le Christ ressuscité et vivant, l’Esprit. »

D’une part le professeur Borg juge « inadéquates » les conceptions traditionnelles du Jésus historique et leurs conséquences sur la « vie chrétienne ». Dans le monde catholique et chez les protestants historiques, la thèse qu’il critique le plus est celle du divin sauveur, c’est-à-dire qu’il convient de croire que Jésus a réellement été ce qu’il a dit être et qu’il est mort pour nos péchés.

D’autre part il remarque que bien des gens ne savent pas vraiment que faire de ces affirmations doctrinales et se contentent de penser à Jésus comme à un maître de morale qu’il faudrait imiter, ce qui donne évidemment une image moraliste de la vie chrétienne (il faut « être bon »).

Le professeur Borg affirme que ces deux conceptions sont inadéquates : la vie chrétienne ne consiste pas à croire des choses ou à être bon. En se basant sur les travaux bibliques et historiques des théologiens modernes, il propose une image de Jésus qui nous incite à une union avec Dieu renouvelant toujours notre propre vie.

Bien qu’il fonde toujours ses affirmations sur la Bible, ce n’est pas la théologie qui est à l’origine de ses réflexions. Dans sa trentaine et dans ses années d’études théologiques, il dit avoir vécu des expériences spirituelles « d’émerveillement absolu », du « sentiment que la terre est pleine de la gloire de Dieu et rayonne de sa présence ». Ces expériences spirituelles « d’émoi sacré, de sainteté éblouissante » de « mystère immense et irrésistible, faisant frissonner et suscitant pourtant une attirance incoercible » l'ont amené à une toute nouvelle manière de concevoir Dieu, Jésus et la vie chrétienne.

Il écrit :

« J’ai pris conscience que Dieu n’est pas un être surnaturel présent dans un au-delà ». J’ai commencé à penser que le mot Dieu désigne l’élément sacré qui est au cœur de notre être, le mystère saint qui nous entoure et qui est aussi en nous. J’ai appris que ces (saintes) expériences, bien qu’extraordinaires, sont sommes toutes relativement communes, bien connues dans les autres cultures, depuis des siècles, dans toute l’histoire et jusqu’à aujourd’hui.
C’est ainsi que l’existence de Dieu – le sacré, le saint, le numineux - m’est apparue progressivement de plus en plus évidente. Dieu n’était plus un concept, un article de foi : il est devenu un être de communion.
Cette transformation de ma compréhension de Dieu a influencé aussi celle de Jésus. Je suis désormais capable de discerner la présence centrale de Dieu (autrement dit de « l’Esprit ») dans la vie de Jésus lui-même. Je vois dès lors Jésus comme celui dont la spiritualité – sa conscience de la présence en lui de l’Eprit – était le fondement de sa vie.
Ceci est l’élément que je considère désormais comme essentiel pour comprendre Jésus : il n’était pas seulement profondément impliqué dans la vie sociale du monde mais il était aussi enraciné dans le monde de l’Esprit. La relation de Jésus avec l’Esprit est la source de tout ce qu’il a été.

Le professeur Borg fait du Jésus de l’histoire d’avant Pâques, le portrait d’un homme de spiritualité : un « homme saint », rempli et en communion totale avec la Lumière, comme disent les Quakers. Cette conception peut être très utile pour nous aider à comprendre les assemblées quakers ainsi que ceux qui ne peuvent pas se dire « chrétiens » à la manière des catholiques et des protestants.

En mettant en relation la notion de foi avec celle de l’expérience spirituelle, le professeur Borg intègre avec maîtrise et lucidité les connaissances bibliques, le témoignage personnel et la profondeur psychologique. Il nous ouvre à la réalité du Dieu qui nous est intérieur.

 

Traduction Gilles Castelnau


Retour
Retour vers Marcus Borg
Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

rcus Borg  

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.