Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


 


 

Peut-on encore croire

 

 

Raphaël Picon

professeur et doyen de la faculté de théologie protestante de Paris

 


 

9 mai 2011

Peut-on encore croire en un Dieu créateur et en un Dieu sauveur ? Oui, assurément !
Le Dieu créateur est le Dieu qui éternellement redonne du goût à la vie et rend le monde plus lumineux. Dieu est ce poète du monde qui sans relâche lutte pour rendre nos existences plus intenses et créatrices.
Le Dieu sauveur est le Dieu qui éternellement nous inclut en lui et se laisse transformer par nous. Notre participation à Dieu : voilà notre véritable salut ! Car être sauvé, c’est être en Dieu ; savoir que, pour lui, nous comptons, nous existons.

Pour la philosophe Hannah Arendt (1906-1975), dans son ouvrage Qu’est-ce que le politique ?, le totalitarisme est la prétention à faire le bien comme si les autres n’existaient pas, sans prendre en compte les situations vécues et les histoires concrètes. Le Dieu qui sait tout, qui fait tout et qui peut tout, qui dispense ses biens comme si nous n’existions pas, reflète un mode de pensée totalitaire, et sert bien souvent l’autoritarisme ecclésial.

Tout autre est le Dieu que Jésus incarne ! En lui, en l’homme, Dieu compose avec l’humanité et agit à travers elle. L’aventure de Dieu devient la nôtre et c’est ainsi qu’il nous sauve. Non pas en nous projetant dans une vie sans fin, mais en redonnant sans cesse à cette vie-ci un souffle d’éternité. Celui par lequel nous nous découvrons, en Dieu, capables de merveilles.
Dieu nous crée en nous sauvant de l’insignifiance. Rien n’est indifférent à Dieu, et lui dire oui, c’est contribuer à faire qu’il soit. C’est faire triompher son Évangile de beauté et de justice sur un monde de médiocrité et d’exclusion.
Nous sommes sauvés, non parce que nous agissons pour Dieu, mais parce que lui-même nous fait confiance et nous rend capables d’actions.

Voilà pourquoi Jésus ne nous invite pas à croire que Dieu existe, mais à croire que, pour Dieu, nous existons.  

 

Éditorial
du mensuel protestant libéral
Évangile et Liberté


Retour vers Raphaël Picon
Retour
Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

allé  

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.