Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

Spiritualité

 

 

Parlons de Jésus

 

What About Jesus ?

 

Bill Loader

Professeur de Nouveau Testament
à la Murdoch University de Perth
Australie

 

 

20 mars 2003

La première chose à dire est que Jésus nous a enseigné l'amour et la compassion que Dieu montre toujours à l'égard de tout le monde, sans tenir compte des différences de race, de religion, du sexe ou de l'âge. Un amour et une compassion que Dieu conserve même à l'égard des coupables les pires qui soient sous le soleil.
Non pas qu'il soit indifférent au bien et au mal : Jésus s'est toujours montré parfaitement lucide. Mais lorsqu'il s'est trouvé en présence d'un escroc inexcusable, il ne lui a pourtant pas tourné le dos. Il n'a, d'ailleurs, tourné le dos à personne. Contrairement à son époque, il considérait les femmes comme égales des hommes. Il partageait les repas des exclus. Il montrait de l'estime au petit peuple et de l'attention aux enfants.

En se conduisant ainsi, Jésus nous révélait l'attitude de Dieu à l'égard des hommes, qui est aussi, naturellement celle Dieu attend de nous. C'est en regardant la manière dont Jésus se conduisait dans son humanité que nous voyons en lui la présence de Dieu. Jésus n'a jamais dit qu'il était Dieu, mais quand on le rencontrait, on avait l'impression de rencontrer Dieu. Il était la vitrine de Dieu.
Paul, qui a écrit les textes les plus anciens du Nouveau Testament, a dit : « Dieu était en Christ » 2 Corinthiens 5.19. On a réduit plus tard cette phrase en disant : « il était Dieu ». Mais cela n'enlevait rien à son humanité.

 

L'exécution publique de Jésus

 

Jésus est resté fidèle à ses convictions jusqu'à sa mort sur la croix qu'il a subie en compagnie d'autres hommes condamnés par les Romains comme criminels. Ces exécutions publiques étaient malheureusement courantes à l'époque et avaient pour but de terroriser les opposants au régime.
Dans le cas de Jésus, ce furent des raisons à la fois politiques et religieuses qui motivèrent son exécution et mirent un terme à l'espoir de le voir instaurer un règne de justice et de paix. Mais on ne peut en rendre responsable le peuple juifs dans son ensemble.

 

La croix, symbole d'amour

 

Jésus a prié pour les bourreaux qui le crucifiaient et sa croix est devenue le symbole de l'Amour total. Elle a bouleversé toutes les valeurs humaines. Les soldats l'avaient traité de roi pour se moquer. Un écriteau sur la croix l'accusait faussement de s'être prétendu « roi des Juifs ». Mais on compris plus tard que c'était pourtant ainsi qu'il avait montré ce que pouvait être une véritable royauté, une royauté comme celle de Dieu, fondée sur l'amour et non sur la puissance. La croix est symbole du christianisme pour montrer que le règne et la puissance appartiennent à un crucifié impuissant.

 

La croix, symbole du mal

 

La croix est aussi devenue le symbole central du mal puisqu'on y a crucifié celui qui incarnait l'amour. Les hommes trouvent toujours de bonnes raisons pour écraser l'amour et la justice. Caïphe et Pilate voulaient préserver l'ordre dans l'Empire. C'est d'ailleurs souvent au nom du respect de l'ordre que l'on viole les droits de l'homme.
Les hommes qui se sont entendus pour clouer sur la croix la plus belle histoire d'amour que le monde ait jamais connue, n'ont pas seulement commis un crime contre la personne de Jésus, mais contre l'humanité tout entière, un crime contre Dieu lui-même. C'est ainsi que la croix qui est le symbole de l'Amour le plus absolu, est aussi celui du mal le plus destructeur.


A la fois symbole de l'amour et du mal, la croix est le symbole centrale de la foi chrétienne que d'ailleurs Paul résumait ainsi : « Nous prêchons le Christ crucifié » 1 Corinthiens 1.23.

Il n'est pas étonnant, qu'au premier siècle où la religion s'exprimait normalement dans des temples et des sacrifices d'animaux, on ait cherché à rendre compte de la mort de Jésus en termes de sacrifice de purification et de régénération, de purification par le sang de la croix. Ce langage est évidemment aujourd'hui difficilement compréhensible et on pourrait trouver des images plus actuelles pour rendre compte du ministère de Jésus et de sa mort.

 

La résurrection

 

Les textes les plus anciens du Nouveau Testament mentionnent l'extraordinaire témoignage de Pierre affirmant avoir entrevu que Jésus était vivant ; il n'était pas resté dans le sommeil de la mort mais était passé à un niveau d'existence supérieur. Nous ne possédons aucune description de l'époque décrivant ce que Pierre a vu, mais d'autres témoins, des hommes et des femmes ont dit avoir eu de semblables expériences. La conviction que Dieu avait ressuscité Jésus devint dès lors l'affirmation centrale de la nouvelle foi chrétienne. Les disciples bouleversés et démoralisés par la croix se retrouvèrent missionnaires enthousiastes.

L'événement fut d'abord formulé : « Dieu a ressuscité Jésus des morts » ; « Jésus est monté au ciel et s'est assis à la droite de Dieu » ; « Jésus règne ».

Mais il peut aussi être exprimé : « Jésus vit avec Dieu » ; « Dieu considère Jésus comme son représentant » ; « Jésus incarne la volonté et l'être même de Dieu » ; « Dieu a dit "oui" à Jésus ».

Cela signifie en fait que tout ce que Jésus a dit et fait au nom Dieu est vrai ; c'est par lui que brille la lumière.

 

La bonne nouvelle de Jésus

 

Les titres de « Fils de Dieu » et de « Seigneur » ont été alors largement employés. Ils ont des avantages et des inconvénients : « Fils de Dieu » suggère bien la proximité de Dieu dont Jésus témoignait, à la conviction que Jésus fait partie de la famille de Dieu et à son affirmation que Dieu est, pour tous, un Père aimant. Si un homme est fils de Dieu, Jésus l'est davantage encore.

Par contre ce langage peut provoquer de la confusion en induisant l'idée que Dieu fait partie intégrante de l'arbre généalogique de Jésus. Il ne faut pas prendre littéralement les belles légendes de la naissance miraculeuse de Jésus qui entendent seulement signifier que Dieu était, depuis le début, impliqué positivement dans le ministère de Jésus.

 

La Trinité

 

Le dogme de la Trinité est l'un des éléments importants mis en place par l'Église pour structurer sa foi. « Les trois "personnes" que sont le Père, le Fils et le Saint-Esprit n'en forment qu'une ».

- D'une part il n'y a qu'un Dieu.
- D'autre part on ne peut pas dire tout simplement que Jésus est Dieu, car ce serait ignorer sa nature d'être humain.
- Enfin, il arrive que l'on parle séparément du Saint-Esprit, en disant par exemple que « Dieu a envoyé l'Esprit ».

Dans les trois cas c'est bien de Dieu qu'il s'agit.
L'Esprit désigne traditionnellement la puissance créatrice de Dieu qui crée du neuf et ouvre à de nouveaux espoirs.
La question de Jésus est plus compliquée : est-il en même temps homme et Dieu ? Avait-il une double personnalité ?
Peut-être ne pourrons-nous jamais répondre précisément à ces questions. Elles n'ont, d'ailleurs, guère de signification. Il vaut mieux y renoncer et nous borner à comprendre que Jésus est un exemple de relation parfaite à Dieu, qu'il lui a manifesté une ouverture absolue qui apparaît clairement en particulier lorsqu'il le priait. C'est justement à cause de sa disponibilité à la présence divine que celle-ci brûlait de façon si brillante à travers lui.

Néanmoins les gens ne font souvent plus, aujourd'hui, de différence entre Dieu et Jésus. Certains prient plutôt le Père, d'autres Jésus. Mais c'est bien toujours Dieu qui écoute ces prières. C'est pourquoi bien des gens disent tout simplement : Jésus est Dieu. Se tourner vers Jésus est se tourner vers Dieu.
- La vie terrestre de Jésus montre son humanité.
- La vie actuelle de Jésus souligne sa divinité.
La confession de foi de l'Église s'est toujours efforcée de maintenir ces deux aspects.

 

Conclusion

 

La seule image que nous puissions avoir de Jésus est celle qui nous a été transmise par l'Église, mêlée de toutes les doctrines élaborées au cours des siècles. Et pourtant, nous en sommes témoins, cette image transforme avec puissance nos vies et nos pensées. Les doctrines ne doivent pas prendre la place de Jésus lui-même. Mais bien que son souvenir soit largement recouvert par de multiples interprétations théologiques, dont certaines sont souvent bien mal interprétées, c'est toujours par leur intermédiaire que nous rencontrons le Christ vivant.

Dans un prochain article je reviendrai sur l'interprétation des textes de la Bible.

 

Traduction résumée Gilles Castelnau

 

Retour
Retour vers "Bill Loader"
Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.