Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


 

Petit catéchisme libéral

 

Gilles Castelnau


 

Leçon 6


La croix

 

 

 

Les pharisiens, gardiens d’un intégrisme puritain qu’ils croyaient être la volonté de Dieu, n’ont pas admis la réforme libératrice et joyeuse qu’en proposait Jésus, faite de compassion et d’espérance certainement dans la ligne des grands prophètes d’Israël comme Ésaïe, Michée ou Amos mais radicalement opposée à la sclérose dans laquelle s’enfonçait le judaïsme qui se prétendait rattaché à Moïse lui-même.

Ils ont réussi à obtenir la condamnation de Jésus et, nous dit Matthieu qui rapporte ce symbole de mort, ont scellé sa tombe de leur sceau et l’ont faite garder par leur propre garde !

Lors de sa terrible nuit d’angoisse à Gethsémané, Jésus aurait sans doute pu fléchir, abandonner son ministère, nous laisser aux mains des pharisiens en leur faisant allégeance ou en fuyant à l’étranger. Son engagement total en faveur du Dieu d’amour et de vie dont il nous révélait le dessein l’a amené au sacrifice de sa vie, scandale pour Dieu qui voyait mettre à mort le chantre de son Royaume, tristesse profonde pour « les hommes de bonne volonté » qu’il avait entraînés dans son enthousiasme et qui, aujourd’hui encore ne se consolent pas de cette horrible et scandaleuse croix.

Le sacrifice de sa vie, Jésus ne pas l'a fait comme l’enseignait saint Anselme au Moyen Age dans un but d’expiation afin d'apaiser la colère d’un Dieu en rage de voir l’humanité lui échapper et menaçant d’expédier tout le monde en enfer.

 

Le professeur André Gounelle écrit (Jésus-Christ est-il mort pour nous ?)  :

« Anselme s'inspire du droit féodal. L'être humain est un vassal qui doit à Dieu, son suzerain, soumission et respect. Or, l'être humain se conduit comme un mauvais vassal et fait ainsi doublement tort à Dieu. D'abord, il le vole en ne rendant pas le service qu'il doit à son seigneur. Ensuite, il l'offense, en faisant de lui un maître incapable de se faire obéir. Cette situation, Dieu ne peut pas la tolérer. Il doit ou bien punir les humains, ou bien recevoir d'eux une indemnité qui compenserait le tort qu'il a subi, et lui restituerait l'honneur qui lui a été enlevé.

Cette réparation, les humains se trouvent dans l'incapacité de la faire. En effet, toutes leurs bonnes œuvres, il les doivent normalement à Dieu. De plus, la majesté infinie de Dieu rend infinie toute offense à son égard, et les humains, êtres finis, n'ont pas les moyens d'offrir quelque chose qui soit à la hauteur du dommage et de l'injure. La justice, que Dieu ne peut pas transgresser sans se renier lui-même, exige donc la condamnation de l'humanité.

Mais Dieu n'est pas seulement juste, il est aussi miséricordieux. Il vient lui-même, ou plus exactement, il envoie l'une des personnes de sa Trinité, pour payer à la place des humains la dette et l'indemnité qu'ils sont hors d'état de régler eux-mêmes. La mort de Jésus rachète leurs fautes, rétablit sa gloire et manifeste sa compassion. Jésus se substitue aux humains, il subit à leur place la punition qui devrait normalement leur être infligée. Il y a « expiation substitutive ».

En quoi Dieu fait-il ici preuve de miséricorde ? Il se préoccupe beaucoup de ses intérêts et de sa gloire. Il envoie son Fils à une mort horrible pour satisfaire son honneur. Il pardonne seulement quand on l'a payé. On est très loin du salut gratuit.

En quoi le supplice d'un innocent à la place d'un coupable satisfait-il la justice ? N'est-ce pas une scandaleuse injustice ?

 

Jésus a vécu le tragique de l'existence humaine aux prises avec les forces obscures de la défaite et de la mort. Il est mort en récitant comme tant de gens avant lui et après lui le début du Psaume 22 :
« Mon Dieu, mon Dieu pourquoi m'as-tu abandonné ».
Il prend place dans la longue lignée des martyrs qui sont morts en criant leur détresse à la face du ciel. Et à cause de ce premier vendredi saint, la croix est le symbole du christianisme, religion du Dieu dont la Présence nous donne le courage d’affronter la souffrance et de l'assumer avec la force du souffle divin qui monte en nous.

 

 

Retour vers Petit catéchisme libéral
Retour vers "Croire aujourd'hui"

Retour
Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

allé  

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.