Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

Sea of Faith - NoUvelle ZÉlande


Sea of Faith - Nouvelle Zélande : textes en français

Jésus était un humaniste

 

"Jesus Was a Humanist"

 

Victoria Weinsten

pasteur de l’Église unitarienne universaliste de Greater Lynn
Massachusetts, États-Unis

 


News letter de Sea of Faith - New Zealand
septembre 2015


Traduction Gilles Castelnau

 

30 juillet 2016

Le Jésus historique était un homme de l’Esprit, une personnalités consciente de la présence de Dieu. On disait naguère « un homme saint », mais homme de l’Esprit me semble plus juste. Les hommes de l’Esprit sont connus dans l’interreligion. Ce sont des gens qui ont une expérience vive et subjective d’un autre niveau, d’une autre dimension de la réalité. Ils connaissent des moments de conscience particulière prenant différentes formes.
Cela peut être un vif sentiment de conscience d’un autre niveau de réalité, comme l’éprouvent traditionnellement les shamans.
Cela peut être le fort sentiment d’être envahi par une autre réalité, comme le suggère l’ancienne expression « l’Esprit fut sur moi ».
Cela peut être le sentiment qu’un objet d’une sorte ou d’une autre nous paraisse momentanément transfiguré par « le sacré ».

Voici comment je pense que l'on peut caractériser le christianisme libéral :

1. Certes, nous ne serons jamais tous d’accord sur la relation de Jésus avec la divinité. Mais nous pouvons valoriser son humanité. Le titre de « Christ » qu’on lui attribuait ne désigne pas son égalité avec Dieu. « Christ » signifie « l’Oint ». C’est un titre honorifique indiquant un appel particulier et une bénédiction. Jésus n’a jamais dit qu’il était Dieu. J’approuve Ralph Emerson et les autres unitariens qui disent que cette interprétation orthodoxe de Jésus n’est fondée que sur une incompréhension du son ministère et une fausse lecture de l’Écriture.
Quand on lui demandait qui il était, Jésus répondait par une autre question : « Et vous, qui dites-vous que je suis ? »
Il était un maître de Sagesse, un mystique, un shaman.

2. Jésus était un prophète d’amour et d’ouverture, de justice et de guérison. Il était un juif fidèle, il vivait une relation intime et extatique avec le Dieu d’Israël. Il n’a pas cherché à fonder une nouvelle religion ni à détruire le judaïsme mais réformer son légalisme.

3. Jésus prêchait une spiritualité intériorisée fondée sur la vérité et le pur amour. Il récusait les rites et les formes de piété vides et formelles et proposait un renouveau spirituel centré sur l’affirmation que tous les êtres humains sont égaux et précieux aux yeux de Dieu.
Un tel enseignement était nouveau dans l’ambiance de l’Empire romain où le peuple vivait dans la pauvreté et l’oppression, citoyens de seconde classe, intouchables petits parmi les petits.
Jésus se focalisait sur l’ouverture, la compassion et la guérison de tous les hommes considérés comme impurs par les lois rituelles aussi bien juives que romaines.

4. Nous ne saurons jamais ce que les premiers disciples ont vu après la mort de Jésus lors des événements que l’on commémore désormais à Pâques. Mais quoi qu’ils aient vécu, leur vie en a été totalement transformée. Il n’est pas nécessaire de croire en une Résurrection physique et miraculeuse pour en être émus nous aussi.

5. Finalement le christianisme libéral s’attache plus à la religion de Jésus qu’à la religion concernant Jésus.
Je pense que Jésus serait perplexe à propos de l’état du christianisme aujourd’hui.
En fait ce qu’il disait était que notre vie spirituelle devait changer notre cœur afin qu’avec force nous puissions agir dans le monde, guérir, nourrir, redonner courage aux abattus,aux meurtris.
Nous faire un trésor dans  le ciel et non pas rechercher notre sécurité en accumulant des biens de ce monde.
Et à quoi passent leur temps les millions de chrétiens ? Acheter et juger les autres, ce qui est le contraire de ce que Jésus disait.
Il serait perplexe des discussions concernant les pratiques de sexualité acceptables ou non, lui qui n’en avait jamais dit le moindre mot.
Perplexe aussi des fixations faites par certains concernant les rites et les pratiques liturgiques, alors qu’il avait dit d’aimer son prochain et de ne pas se fixer sur la lettre de la loi religieuse.
Il était un humaniste. C’est sans doute pourquoi les Humanistes unitariens universalistes sont si choquée par les perversions de son enseignement et de sa vie, alors qu’ils reconnaissent en lui un des leurs – mystique, il est vrai.
C’est essentiellement un humanisme qu’a vécu et enseigné Jésus, une religion des relations humaines, des responsabilités humaines et de la capacité d’être nous-mêmes les mains de l’amour divin les uns pour les autres.

 

 


Retour vers "libres opinions"
Retour vers Sea of Faith - Nouvelle Zélande
Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

v it libérs du sacré

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.