Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

Libre opinion

 

« Qui n'est pas contre nous
est pour nous »

 


Michel Leconte

 

 

1er mars 2014

Marc 9, 38-40
Jean lui dit :
-  Maître, nous avons vu un homme qui chasse des démons en ton nom et nous l'en avons empêché, parce qu'il ne nous suit pas.
-  Ne l'en empêchez pas, répondit Jésus, car il n'est personne qui, faisant un miracle en mon nom, puisse aussitôt après parler mal de moi. Qui n'est pas contre nous est pour nous.

 

Les disciples veulent empêcher quelqu'un de faire le bien sous prétexte qu'il n'appartient pas à leur groupe, à leur chapelle ! Il en est toujours de même aujourd'hui, aux mots de Marc, « celui qui n'est pas contre nous est pour nous », on préfère la déclaration quasi inverse de Matthieu : « Qui n'est pas avec moi est contre moi » (Mt 12, 30).
Par exemple, il faudrait faire parti de l'église catholique romaine ou de toute autre organisation pour suivre vraiment le Christ et pouvoir faire le bien en son nom ! Le vrai disciple doit rejeter cet esprit sectaire qui nous conduit à nous considérer comme les membres élus d'un groupe détenteur de la vérité.

La parole de Jésus n'est pourtant jamais une parole d'exclusion mais toujours une parole d'ouverture. Tout ce qui vient en aide à l'homme est valable, même si cela vient d'en dehors du cercle des disciples. L'essentiel n'est pas d'appartenir à son groupe, mais de guérir ceux qui souffrent, de libérer les captifs, d'annoncer la bonne nouvelle aux pauvres, de renvoyer les opprimés en liberté.

L'essentiel n'est donc plus de savoir à quelle église on appartient, mais ce qu'on est et ce qu'on fait vraiment. L'essentiel n'est plus d'être catholique ou protestant mais d'être un vrai disciple de Jésus-Christ, de l'écouter et de mettre nos pas dans les siens.

Bien plus, celui qui libère l'homme et cherche à promouvoir son humanité authentique est objectivement avec le Christ, même s'il ne le sait pas ! Ainsi même un athée convaincu comme Freud est du parti du Christ dans la mesure ou son but était de libérer ceux qui souffrent. Quand cessera-t-on d'enfermer l'action de Dieu dans nos répartitions étroites et excluantes ?

Dieu est invisiblement présent en tout ce qui libère l'homme pour le rendre à lui-même, en tout ce qui contribue à expulser les esprits mauvais de l'angoisse et de l'aliénation puisque Dieu est le créateur qui combat le chaos et les ténèbres depuis l'origine (cf. Gn 1). Notre seul privilège de disciples de Jésus est de pouvoir connaître la source de cette bienveillante compassion créatrice et de pouvoir nous en abreuver.

 


Retour vers "libres opinions"
Retour vers Michel Leconte
Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.