Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

Libre opinion

 

La jovialité

vertu chrétienne


 

Raphaël Picon

 

 

 

23 octobre 2009

L'AMOUR, LA FIDÉLITÉ, LA COMPASSION, LA CONFIANCE, font partie des grandes vertus du christianisme. À sa manière, le Christ les enseigne et les incarne, les chrétiens y aspirent et s'y essayent. Mais il est une autre vertu chrétienne, moins connue, rarement évoquée et, hélas, trop souvent négligée : lajovialité ! Cette gaieté franche, simple et communicative est pourtant une leçon d'Évangile.

Né le dimanche de Pâques, le christianisme est un pied de nez à la mort. Il sonne le glas de nos aliénations intérieures, libère du poids de nos échecs et dissipe nos zones d'ombres.

Le christianisme est la religion de l'homme debout, lafête d'une humanité aimée de Dieu, c'est-à-dire sauvée du médiocre et de l'insignifiance et continuellement attirée vers une libération, un espoir, le Royaume.

Le christianisme est pareil à ce bon vin, le meilleur, qui apparaît comme par miracle, dans l'évangile de Jean, alors que la noce n'a plus rien à boire. Il est cet appel à être heureux en dépit du malheur : « Heureux les pauvres ! » ose clamer Jésus à la face du monde. Parce que le christianisme est un optimisme, lajovialité est l'une des plus belles manières qui soient d'être chrétien : ne pas s'arrêter à l'apparence des choses, résister à lafacilité du déni et de la critique, dire oui à la vie, un oui assez franc pour faire chavirer nosfroideurs, nos aigreurs et nos amertumes.

Être jovial, c'est faire comme si de rien n'était. Car rien en effet, ni le mal ni l'échec, ni la souffrance ni la désolation, ni la laideur ni le médiocre, ne sauraient entamer la valeur que Dieu nous accorde. La jovialité fait respirer l'existence, elle la rend pétillante, plus légère, insouciante presque. En fait, la jovialité travaille pour Dieu. Car à travers son action créatrice, Dieu œuvre à rendre le monde plus harmonieux et plus enjoué.

Il faut imaginer un Dieu jovial !

 

 

Retour vers Raphaël Picon
Retour
Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.