Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

Libre opinion

 

Israël

Une nouvelle Guerre de Cent ans ?

                            

 

 pasteur Jean Hoibian

 

16 février 2009
Depuis plus de 50 ans les Israéliens poursuivent un objectif : chasser les Palestiniens de leurs terres pour occuper tout le territoire.
Les motivations de cette action de colonisation sont multiples ; certaines sont d’ordre religieux et symbolique, d’autres découlent des traumatismes engendrés par l’antisémitisme et la shoah. Il y a peut-être d’une manière obscure le projet de vivre une grande aventure, une nouvelle forme de civilisation, que l’on pourrait rapprocher de la naissance des États-Unis d’Amérique.

Les U.S.A. ont à leur actif deux génocides presque réussis : ils ont exterminé la population indienne pour s’accaparer les terres et ils ont utilisé des esclaves noirs comme main-d’œuvre. Ces pratiques honteuses et indignes d’une grande démocratie ont disparu en grande partie. Il a fallu une guerre civile pour obtenir l’abolition de l’esclavage. Puis des années de lutte pour que les citoyens noirs obtiennent des droits.
La victoire du Président Obama est une grande démonstration pour les défenseurs des Droits de l’Homme, du monde entier : l’esclavagiste d’hier peut apprendre le respect de tout être humain !
Quant à la population indienne, elle a presque été anéantie par les colons américains, et c’est une perte irréparable pour l’humanité. Les survivants depuis une période récente ont obtenu des excuses et quelques réparations matérielles.
En résumé, j’ai envie de dire : les U.S.A. ont établi leur puissance, leur richesse, leur civilisation, sur des tueries, des flots de larmes et de sang. Comme la France a derrière elle un lourd passé d’injustice, je me garde de tout anti-américanisme.

Revenons à l’État d’Israël : si, par hasard,certains de ses responsables sont tentés par mimétisme de s’inspirer de l’histoire des U.S.A., ne doivent-ils pas tenir compte de l’évolution de l’histoire ? Jamais le peuple palestinien ne renoncera à revendiquer la libre propriété de leurs terres ! Le monde entier leur reconnaît des droits gravés dans le marbre des décisions de l’O.N.U.
Les Occidentaux sont plongés depuis un demi-siècle dans un très grand malaise vis-à-vis d’Israël. Certains penseurs établissent un lien entre l’anti-sémitisme séculaire de l’Europe et le drame effroyable de la Shoah. Terrible responsabilité !
Les chrétiens en particulier, ont des liens religieux fondateurs avec le peuple de la Bible.

Alors l’État d’Israël réduit les palestiniens, abandonnés de tous, à l’enfermement et au désespoir. Que leur reste-t-il à faire pour tenter de défendre leurs droits ? Israël possède une armée très puissante. Les Palestiniens n’ont rien que des moyens dérisoires. Alors leur est venue, par désespoir, l’idée folle des bombes humaines. D’où cette recette sécuritaire monstrueuse du mur pour les israéliens. Puis dernièrement le massacre de Gaza.
Où s’en va l’histoire d’Israël ?

Alors certains amis de la paix se laissent envahir par des rêves et des souffles éthiques : la fin de ce conflit injuste et interminable ne se fera pas par les armes et la violence. Israéliens, vous ne pourrez jamais tuer tous les palestiniens !
Palestiniens, vous ne verrez jamais le départ des Israéliens !

Alors la chose la plus urgente (et la plus difficile) c’est de cesser de s’ignorer. Il faut que les gens d’Israël (tous ! et pas seulement cette poignée de gens admirables qui soignent, soulagent, soutiennent les Palestiniens) découvrent l’humanité de ceux d’en face et prennent conscience de l’immense injustice sur laquelle est bâtie la richesse de leur État. Dans toutes les consciences doit naître et grandir la honte de la spoliation des terres.
Je discutais de cette question l’autre soir avec une Israélienne du camp de la paix. Elle me découragea en m’objectant que les citoyens d’Israël n’ont pas un regard pour les Palestiniens et qu’ils ne pensent  qu’à la sécurité. Les jeunes, me disait-elle n’ont aucune conscience politique. Ils rêvent de réussir, d’être heureux, et placent toute leur espérance dans l’efficacité de l’armée.
Faut-il entrer dans une vue aussi décourageante ? Cherchons plutôt, perdues dans le tumulte des armes et des clameurs de mépris et de haine, les souffles rafraîchissants du bon sens et de la dignité :

Dans le « Nouvel Observateur » Claude Weil écrit :
« Lutter contre les clichés. Bien sûr Refuser l’importation en France du conflit israélo-palestinien. Naturellement. Résister à la logique de l’affrontement communautaire. Et comment ! Quiconque est attaché à la coexistence républicaine ne peut que souscrire sans réserve à de si nobles objectifs...
Mais de combattre les excès de son propre camp. De regarder les drames du Proche-Orient avec lucidité et, si possible, impartialité et non avec des réflexes de militant. C’est d’avoir l’audace d’argumenter contre les siens, et au besoin de penser contre soi-même... les juifs de France ne sont pas comptables de la politique d’Israël. Qu’un Juif et un Israélien, ce n’est tout simplement pas la même chose. Pas plus qu’un musulman n’est nécessairement un islamiste,ni un propalestinien un terroriste. 
»

Dans « Témoignage Chrétien » courriel de Serge Grossvak :
« Je suis juif et aujourd’hui j’ai honte... Les Palestiniens perdent leurs chairs, leur sang, leur terre. Les Juifs perdent leur âme aveuglément engagés derrière l’État d’Israël... Le respect, c’est le droit, partout dans le monde. Le respect, c’est Israël entrant dans la loi du monde, comme tout le monde. La loi délimite des frontières depuis 40 ans. Au-delà de ces frontières, rien n’est à régenter, à occuper ».

Dans le journal « Le Monde » : extraits d’une lettre douloureuse de Jean-Moîse Braitberg au Président de l’État d’Israël :
« Effacez le nom de mon grand-père à Yad Vashem... parce que ce qui s’est passé à Gaza, et plus généralement, le sort fait  au peuple arabe de Palestine, depuis 60 ans, disqualifie à mes yeux Israël comme centre de la mémoire du mal fait aux juifs, et donc à l’humanité toute entière [...]
Or, monsieur le Président, j’observe que malgré l’évidence criante de l’injustice faite au peuple palestinien depuis 1948, malgré les espoirs nés à Oslo et malgré la reconnaissance du droit des Juifs israéliens à vivre dans la paix et la sécurité, maintes fois réaffirmés par l’Autorité palestinienne, les seules réponses apportées par les gouvernements successifs de votre pays, ont été la violence, le sang versé, l’enfermement, les contrôles incessants, la colonisation, les spoliations.
Vous me direz, qu’il est légitime pour votre pays, de se défendre contre ceux qui lancent des roquettes sur Israël, ou contre les kamikazes qui emportent avec eux de nombreuses vies israéliennes innocentes. Ce à quoi je vous répondrai que mon sentiment d’humanité ne varie pas selon la citoyenneté des victimes. 
»

Voici trois messages qui donnent à réfléchir.

Pour arrêter la guerre au Vietnam, il a fallu que des milliers d’américains protestent dans la rue.
Pour que cesse la guerre d’Algérie, des milliers de français ont crié leur désir de paix. Qui se lèvera pour que l’État d’Israël fasse la paix en respectant les droits du peuple palestinien ?

 

 

Retour vers "Jean Hoibian"
Retour vers libres opinions
Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.