Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 


gl1701.laicite.png

Conforter la laïcité
avec l'enseignement
du fait religieux

 

Alain Joubert

 

Éditions Olivétan

432 pages, 22 €


Recension Gilles Castelnau

 



.

26 avril 2023

Alain Joubert, est diplômé de l’École Nationale d’Administration et il a été longtemps élu local de la ville d’Enghien, en Région parisienne. Il en est actuellement président du Conseil presbytéral de l’Église protestante unie.

Passionné par les influences réciproques de la foi religieuse et de la vie civique – il s’est notamment intéressé à la situation des États-Unis – il fait preuve d’une immense culture juridique et théologique dans ce très gros livre. Il présente et commente les très nombreuses difficultés actuelles de la laïcité à la française en un langage clair et immédiatement compréhensible au grand public. Nul doute que ce livre pourra être à la fois un document fort intéressant pour ceux qui le survoleront avec curiosité – et souvent avec surprise – et une référence importante pour les spécialistes en recherche.

En voici des extraits significatifs.


 

Première partie
Un modèle français de laïcité
qui s'est dilué dans une société
sécularisée

 


Chapitre 2
La laïcité est devenue une idéologie
autant qu’un principe d’organisation

 

B. La mission aujourd’hui dominante :
l’autonomie de l’autorité publique et la neutralité de l’espace public

 

1.    La neutralité de l’autorité publique, corollaire de la liberté en matière religieuse

Les agents d’un service public ont interdiction, dans le cadre du service qu’ils exercent, de faire valoir sous quelque forme que ce soit, et donc de dévoiler leurs appartenances religieuses. C’est un domaine où la position française est la plus intransigeante par rapport à celle constatée dans d'autres pays voisins.

[…]

2.    Le renforcement de la neutralité de l'espace public, risque pour la liberté religieuse

La loi du 15 mars 2004 interdit en effet le port de signes ou tenues par lesquels les élèves du primaire ou du secondaire manifestent ostensiblement une appartenance religieuse.

 

C. La mission en devenir : une idéologie pour transformer, conforter ou conserver la société

• 2. L’apaisement de la société

Vouloir imposer les règles d’un vivre ensemble à une série de groupes particuliers qui ont leurs règles propres c’est aux yeux des identitaires vouloir imposer non pas une règle universelle mais la loi du plus fort,

piétiner encore davantage les faibles, les minorités, nier les différences. La société laïque est rejetée dès lors que la société républicaine est rejetée et que l'universalisme est lui-même contesté au profit d'un conflit exacerbé qu'il faut mener pour sortir de l'aliénation. La religion apparait comme un des principaux marqueurs identitaires.

 

 

Chapitre 3
La sécularisation
a transformé le paysage religieux
en France comme ailleurs

 

B. Les pratiques religieuses se sont transformées dans notre pays

4. Le pluralisme s'accompagne de l'affaiblissement de l'influence des religions

Le pluralisme religieux se transforme en un émiettement

Le pluralisme est devenu un phénomène majeur pour comprendre l'évolution du paysage religieux. Il est plus important qu'on ne le pense communément. En 1981, 95 % des pratiquants réguliers s'affirmaient catholiques, 1 % musulmans et 2 % protestants. Aujourd'hui, les catholiques n'en représentent plus que 53 contre 16 % pour les musulmans, 9 % pour les protestants et 9 % pour les adeptes des autres religions ct sagesses (Enquêtes EVS réalisées en 1981 et 2018)

 

 

Deuxième partie
Les ambiguïtés
et la timidité de l'institution
de l'enseignement du fait religieux
dans notre société laïque

 


Chapitre 7
L’enseignement du fait religieux à l’école :
apport indispensable ou mauvais compromis ?

 

C. L’enseignement du fait religieux donne lieu aujourd’hui à de fortes contestations et hésitations

 

2.  Il est peu prisé par le grand public sécularisé

[…]

La question de la transmission de l'héritage national se pose moins, dès lors qu'une grande partie des parents est d'ores et déjà marquée par une culture sécularisée, oublieuse donc des valeurs ou traditions religieuses. La violence religieuse est redoutée par-dessus tout, et les parents ne souhaitent pas que leurs enfants en soient les victimes directes ou collatérales, sur des sujets qu'ils ne maitrisent pas. L'autocensure de nombreux d'enseignants s'accompagne chez les parents et beaucoup d’élèves d’une grande réserve à entrer dans des débats estimés inutiles autant que dangereux.

 

3. Il ne répond pas à la demande des représentants des religieux et des croyants

Un examen patrimonial ne peut en France que donner une place dominante à la religion catholique, en raison de son poids dans notre histoire. Cette approche hypertrophiée romprait avec la nécessaire neutralité de l'enseignement. Le reproche des catholiques est différent : la multiplicité des religions étudiées constitue un facteur de relativisme et de confusion qui oublie le poids de la tradition et la valeur de l'identité. Il faut selon eux assumer l'héritage culturel français, et la religion historique de la France en constitue un élément essentiel.

 

Chapitre 8

Les enjeux de l’enseignement
des faits religieux se sont déplacés
du catholicisme sur l’islam

 

B. La polémique sur la réalité du danger islamiste dans l’enseignement

1. Il n’existe pas de communauté scolaire fondée sur l’appartenance à la religion musulmane

La moitié des jeunes musulmans de moins de 25 ans partageraient cette vision rigoriste, notamment ceux élevés dans les quartiers « difficiles », où la population musulmane arabe est devenue majoritaire. Un sondage réalisé pour la LICRA par l'IFOP en mars 2021 auprès des lycéens montre que plus d'un jeune sur deux est favorable au port du voile dans les établissements d'enseignement et que cette majorité est écrasante dans les zones d'éducation prioritaire, et donc probablement chez les jeunes musulmans qui jugent les lois laïques discriminatoires envers eux et rejettent le droit au blasphème. La condamnation des attentats y est aussi moins consensuelle (22 % des élèves musulmans n'expriment pas une condamnation totale.)

Il faut donc questionner cette sensibilité. Les jeunes lycéens n'ont pas encore acquis une pleine conscience des enjeux sociétaux et politiques de leur pays.

[…]

Le salafisme, nettement minoritaire chez les théologiens, rejeté par de nombreux clercs comme par la grande majorité de la population intégrée, est en voie de gagner la bataille de la communication, notamment dans la jeunesse, grâce à une présence extrêmement dynamique sur les sites et les réseaux sociaux.

Il s'accompagne, comme dans tout phénomène identitaire, d'un rejet des autres, d'un mépris voire d'une haine de certains groupes et d'une victimisation par rapport à la société qui ne sont pas l'apanage des salafistes.



Troisième partie
Mieux connaître et insérer le religieux :
une condition d'apaisement des tensions
de la société française

 

Chapitre 9
Mieux connaître les religions
pour déterminer leur impact

 

B. Davantage qu’un savoir, la connaissance du religieux constitue une ressource sociale

3. Les religions constituent une ressource pour les équilibres sociaux

Dès 1943, dans son ouvrage L’enracinement, Simone Weil souhaitait que l'École prenne en charge une connaissance élémentaire des religions, dans une approche qu'elle désirait objective, rigoureuse, et respectueuse, afin que chaque enfant puisse accéder au patrimoine culturel et spirituel hérité des religions. Elle souhaitait que cet enseignement s'intéresse aux principales traditions spirituelles, tout en approfondissant la tradition biblique dont l'influence était - à son époque - dominante en Europe. Elle était plutôt favorable à un cours spécifique d'histoire des religions.

Beaucoup en sont convaincus, le retour à une culture humaniste est plébiscité par les spécialistes aujourd'hui, en réaction aux excès du scientisme. Mais, à partir du moment où cela signifie exposer les différents courants de la philosophie et de la sagesse, on ne comprendrait pas que les religions soient écartées du champ des matières enseignées.

Dans cette perspective, les religions peuvent être vectrices de fraternité car elles ont également une ambition d'universalisme. Elles insistent en effet sur la nécessité de réhabiliter le bien commun par réaction avec une société de plus en plus incapable de proposer des objectifs clairs à l’action commune. Le nationalisme le communisme, le libéralisme, qui sont philosophiquement étrangers aux réflexions exprimées le plus souvent par les religions ont pareillement échoué à imposer seuls une alternative.

 

Chapitre 11
Le respect de la laïcité
suppose son adaptation
aux nouveaux besoins de la société

 

C. Le partenariat entre l’État et les religions permettrait de mieux responsabiliser les religions

1. Respecter l’autonomie des religions et l’indépendance des cultes

Des limites substantielles à l’expression libre ont été en théorie instituées dans certains secteurs

Enfin, la loi du 30 décembre 2004 prévoit la sanction des injures ou des propos de nature haineuse concernant l'orientation sexuelle. Christine Boutin, ancienne ministre du logement de Nicolas Sarkozy, a été condamnée par le tribunal de grande instance de Paris le 18 décembre 2015 pour avoir déclaré que l' « homosexualité est une abomination » reprenant littéralement une expression biblique.

De cette rapide description d'une législation complexe et d'une jurisprudence qui l'est encore davantage, on peut retirer l'impression que les religions sont moins protégées que d'autres libertés. Il est possible de qualifier Jésus ou Mahomet de « pédophile » sur les réseaux sociaux, parce qu'on ne s'attaque qu'à une seule religion, alors qu'il n'est pas possible d'attaquer l'homosexualité au nom des principes que l'on retire d'une religion.

4. Redéfinir la place de la loi religieuse au sein de l’ordre républicain

Deux espaces normatifs distincts mais une seule loi applicable à tous

Les condamnations des pratiques telles que l'homosexualité ou l'avortement, en des termes virulents et méprisants, les assertions sur la place des femmes feraient aujourd'hui condamner les auteurs de la Bible par nos textes pénaux.

 

 

 

 Retour vers libres opinions

Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.