Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens     

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique


Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie


Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs



Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 






Dieu masculin ou féminin ?


Rev. David Wheeler

Bournemouth (Angleterre)



courrier des lecteurs de l’hebdomadaire anglican Church Times
du
31 mars 2023




Traduction Gilles Castelnau


8 avril
2023

 

Un sondage a été fait concernant l’image que les anglicans se font de Dieu.

On leur a présenté une liste de 300 mots définissant Dieu sélectionnés dans la Bible, les prières du dimanche et les cantiques en leur demandant lesquels caractérisaient correctement Dieu et lesquels ne convenaient pas.

Les adolescents ont privilégié le mot de Père pour qualifier Dieu ainsi que les personnes âgées de plus de 40 ans, Mais les gens entre 25 et 40 ans ne l’ont pas fait, sans doute parce qu’ils étaient justement en train d’élaborer leur propre identité paternelle. Ceci montre le danger qu’il y a à présenter Dieu comme le « Père qui est au ciel » dans la mesure où les enfants risquent alors d’identifier Dieu avec leur père terrestre, ce qui est dramatique dans le cas où celui-ci a des attitudes abusives.

 

Un autre résultat de ce sondage a été la différence entre les hommes et les femmes (différence notamment importante chez les moins de 40 ans) : les femmes voyaient très largement plus que les hommes, Dieu comme « aimant » et « créant », c’est-à-dire actif dans le présent et non dans le passé. La notion de créativité est évidemment corrélée pour les femmes avec leur expérience de la maternité.

Les hommes, plus que les femmes, voyaient Dieu comme Roi, Seigneur, puissant.

L’amour et la créativité sont donc associées dans ce sondage avec la féminité, et la royauté avec la masculinité.

On peut donc dire que les femmes donnent à Dieu des qualités « féminines » et les hommes des qualités « masculines ».

Finalement notre liturgie est masculine ainsi que l’essentiel de notre théologie et élaborée par des hommes de plus de 50 ans.

A moins que nous ne pensions que les hommes comprennent mieux Dieu que les femmes,

pouvons-nous vraiment admettre que notre liturgie et notre théologie disent parfaitement la vérité ?

 

 

 

 


Retour vers libres opinions
Vos commentaires et réactions

 

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : gilles@castelnau.eu
Il ne s'agit pas du réseau Linkedin auquel nous ne sommes pas rattachés.
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque