Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

 

Pourquoi les Églises

pratiquent plutôt la charité

que la justice ?


Why do you think so many churches mostly practice charity rather than justice?


 

Mark Sandlin

pasteur de l’Église presbytérienne du Sud des États-Unis

 

traduction Gilles Castelnau

 

11 février 2019

Pour dire les choses simplement, nous préférons le sentiment égoïstes de charité à la réalité éprouvante de la justice.

La charité aide effectivement ceux qui sont dans le besoin mais temporairement. Celui qui est le plus aidé est celui qui a le plus besoin d’aider, celui qui ressent un appel à aider ceux qui sont dans le besoin.
La charité nous fait ressentir que nous faisons quelque chose dans un monde où il y a tellement de gens dans le besoin. Pratiquer la charité n’implique aucun risque et généralement tout le monde la valorise.

La justice, par contre, est sévère. Elle demande souvent un sacrifice et il ne se trouve pas toujours beaucoup de monde pour en approuver l’exigence, bien au contraire. C’est pourquoi la plupart des églises ne s’y engagent pas.

La justice fait penser à des mots d’amour que l’on met en œuvre. La justice fait penser à de l’activisme et les églises ont tendance à l’éviter. La justice empêcher de conserver de bonnes relations avec les systèmes abusifs. Elle implique que l’on secoue le cocotier et que l’on récuse les situations inacceptables. Mais dans trop de communautés spirituelles une telle attitude ne paraît justement pas spirituelle.

Nombreux sommes-nous à penser qu’être « spirituel », être « église » implique d’être aimé et que s’opposer à certaines choses impliquerait que leurs défenseurs ne nous aimeraient pas. Et l’on craint toujours de ne pas être aimé.
Pourquoi risquer de paraître « trop politique » aux yeux de nos amis, pas polis, pas gentils comme l’était certainement Jésus ? Pourquoi ? mais parce que Jésus ne l’était pas !

Non seulement il s’opposait aux systèmes politiques de l’injustice mais il nous incitait à faire de même. Il se situait dans la tradition des grands prophètes d’Israël qui ne manquaient jamais de s’opposer aux pouvoirs abusifs. Ils se conduisaient ainsi à leurs risques et périls car ils ont fréquemment été exclus hors de la ville ou même mis à mort.
C’est peut-être justement ce que nous craignons. Les croix dont Jésus disait que nous aurions à les porter.

Ce n’est certainement pas pour être considérés comme polis et gentils par nos amis que nous renoncerions à lutter en faveur « des plus petits de nos frères »
Peut-être devrion-nouss repenser la question de la justice.

Peut-être avons-nous simplement besoin que de nouveaux dirigeants se lèvent dans nos églises avec la passion et la voix prophétique d’un Martin Luther King.

Mais finalement pourquoi ne serions-nous pas nous-mêmes ces nouveaux dirigeants qui élèvent la voix dans notre société troublée ? Alors que, dans notre pays, les puissants et les riches abusent des plus pauvres en amenant au pouvoir un gouvernement prétendument populaire mais en réalité agent du tout-puissant dollar, nous devons retrouver notre voix prophétique.

Nous devons nous engager sans faiblir dans une indispensable action de charité mais ce n’est pas tout. Nous devons poursuivre, nous impliquer, risquer le ridicule, risque de perdre la considération dont les autorités nous créditent et nous retrouver la parole biblique et prophétique de la justice.

En effet, voyez-vous, la charité et la justice sont absolument unies.

Ils sont un ensemble assorti. Il est temps de laisser passer la justice. Il est temps de laisser sa place à la justice.

 


Retour vers libres opinions

Retour vers Mark Sandlin

Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.