Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

Libre opinion

 

Vivre, prier & méditer


Prières et textes spirituels issus des mensuels protestants

Le Cep, Échanges, Réveil

 

 

Ed. Olivétan

430 pages - 24 €

 

recension Gilles Castelnau


8 janvier 2019

Les mensuels Le Cep, Échanges, Réveil sont publiés par les Régions Cévennes-Languedoc-Roussillon, Provence-Alpes-Corse-Côte d’Azur et Centre-Alpes-Rhône de l’Église réforme de France (aujourd’hui Église protestante unie de France). Ils ont l’habitude de placer conjointement en dernière page des textes de méditation écrits par des pasteurs – et des non pasteurs – qui sont ici rassemblés pour la plupart – au nombre de 200 - illustrés de photos méditatives et classés par catégories.

Nul doute que ce beau livre prendra place sur de nombreuses tables de chevet et inspirera heureusement réflexions et prières.

En voici quelques exemples.

 

Se réjouir

En cette année neuve



En cette année neuve, ouvre-nous, Père, les portes de la joie !
Aide-nous à franchir le seuil des jours avec toi !
Apaise-nous de nos colères, de nos tristesses, de nos peurs.
Rends-nous forts, non par nous-mêmes, mais de ta vie en nous.
Ainsi, ta fidélité fortifiera la nôtre, ta grâce nourrira notre attention à chaque autre,
et nous serons, dans la maison de ton amour, des invités heureux.
Merci, Père, de ce qu'en cette année neuve, tu nous ouvres les portes de ta joie !

Patrick AUBLET

 


Et toutes les femmes...

 

O Dieu, tu aimes les femmes,
dès les origines tu les as engendrées
depuis la nuit des temps tu les portes en ton sein,
dans les Écritures tu fais leur éloge.

Belles et rebelles, fortes et fragiles, dures ou douces
tu les aimes comme tu aimes toute I'humanité.

Malgré les imperfections de la création
et la dureté de la condition humaine
elles te louent et te servent,
te chantent leur joie et te sont fidèles.

Que monte vers toi leur prière de reconnaissance,
Que s'élève vers toi le cri de leurs souffrances !

Je te prie pour toutes les femmes de la terre,
les abîmées, les abusées, les maltraitées,
les hautaines, les tyranniques, les égarées,
les épanouies, les généreuses, les amicales...

Oui Dieu, tu aimes les femmes,
et je t'en rends grâce !

Karin BURGGRAF-TEULIÉ

 

 

Endurer



Une Parole face au malheur


Les Psaumes nous rejoignent dans ce que nous vivons de plus intime.

Ils forment un pont que le temps n'use pas entre celles et ceux
qui se tournent vers Dieu pour des raisons à la fois uniques et universelles.


Je finissais de ranger la vaisselle. Sans trop faire de bruit, car il était déjà tard. Elle a poussé la porte de la cuisine. Elle pleurait.
« Papa va bientôt mourir, n'est-ce pas ? »
« Oui »
« Est-ce‭ ‬que tu sais quand, maman ? »
« Non. Je ne sais pas. Personne ne sait. »
« Est-ce que tu pourras payer le loyer quand papa sera mort ? »
« Oui. Le loyer, les courses, et même les vacances. »

Elles étaient loin les vacances.
« Et qui va nous protéger des voleurs ? »
« Les policiers. C'est leur métier de protéger les gens »
« Qu’est-ce qu'on va devenir sans papa, dis, maman ? »

Que dire à une fillette de huit ans qui croise ainsi le malheur ? Que répondre à une question que I'on se pose aussi pour soi-même, même si l'on sait qu'il n'y a pas de réponse en dehors de la vie elle-même qui est à vivre ? ll faut parler pourtant, parce qu'être adulte, c'est ça aussi. Être responsable, dans la tourmente, de ceux qui vous sont confiés. Répondre parce qu'on sent que leur avenir se joue là. Dans la vérité d'une parole, ici et maintenant.

Je me suis souvenue :
Debout, Jérusalem ! Brille avec éclat : ta lumière arrive, la gloire du Seigneur se lève sur toi !
Regarde : Ia nuit couvre la terre, un brouillard enveloppe les peuples.
Mais sur toi, le Seigneur se lève et sa gloire brille sur toi.

« On va rester debout, Marie-Noëlle. »

C'est ce qu'on a fait, elle et moi. Son père, qui était aussi mon mari, est mort trois semaines plus tard. Ce soir-là, j'ai pris mon livre de prières, machinalement, comme presque tous les soirs. Et j'ai lu, de David :
Le Seigneur est ma lumière et mon salut, je n'ai peur de personne.
Le Seigneur est le rempart de ma vie, je ne tremble devant personne.
Je demande une chose au Seigneur, je cherche une seule chose :
habiter la maison du Seigneur tous les jours de ma vie.
Oui, quand tout va mal, le Seigneur m'abrite sous son toit.
ll me cache au fond de sa maison, il me place en sécurité au sommet d'un rocher.
Écoute-moi, Seigneur, je t'appelle ! Aie pitié de moi, réponds-moi !

Je pense à ce que tu as dit : « Cherchez mon visage ! »
Seigneur, c'est ton visage que je cherche. Ne me cache pas ton visage, ne me repousse pas avec colère ! C'est toi, mon secours, ne me quitte pas, ne m'abandonne pas, Dieu, mon sauveur ! J'en suis sûr, je verrai la bonté du Seigneur sur la terre des vivants. Espère le Seigneur, sois fort et prends courage, espère Ie Seigneur !

Je prie peu. Je ne vais jamais au bout du Notre Père. Mais je m'efforce de lire chaque jour une page du Livre saint. Je sais par cœur le Psaume 27. Ma fille, qui est devenue une jeune femme, m'a confié récemment combien la parole dite autrefois avait compté. Combien elle était décisive, encore aujourd'hui, contre le mal, le malheur et I'adversité !

Ce que I'enfant n'a jamais su et que la jeune femme ignore encore, c'est que ce soir-là, c'est moi que le Seigneur avait sauvée.

Murielle ANDRÉ

 


Espérer

Tu es avec moi


 

Quand je suis jeune et ignorante des choses du monde,
Je ne crains aucun mal, car tu es avec moi.

Quand je deviens adulte et que je croule sous les responsabilités,
Je ne crains aucun mal, car tu es avec moi.

Quand je suis malade et que je lutte pour survivre,
Je ne crains aucun mal, car tu es avec moi.

Quand je vieillis et que tout devient plus lent et difficile,
Je ne crains aucun mal, car tu es avec moi.

Dans ta grande bonté, tu m'as conduite où je suis,
Les coups durs et les épreuves m'ont laissée fatiguée, mais sereine,
car tu n'as pas permis que je me perde.

Pas à pas tu m'as appris
Que sans toi je ne pouvais rien ou si peu,
Mais qu'avec toi je pouvais marcher confiante
Sur le chemin que tu as tracé pour moi.

Loué sois-tu Seigneur pour ta fidélité.

 

Florence CELLY CREEK

 

 

Changer


L’humour de Dieu


 

L’enseignement reçu à l'école du dimanche et au catéchisme était resté lettre morte.
Ado, elle était réfractaire, en révolte, et a refusé d'être confirmée dans son baptême, se disant athée.
Et puis un jour, tout a pris sens, dans un grand éclat de rire.


Ado, j'avais claqué la porte, mais il me restait les histoires,les cantiques, les fêtes de Noël et de Pâques, les jours de « vente », les journées de sorties paroissiales, puis le théâtre,les spectacles... Et tout cela, c’était chouette ! ll restait surtout, sans que je les voie,les graines semées au cours des ans, par des gens de foi qui savaient bien que celle-ci ne se « transmet » pas. Pasteurs, moniteurs et monitrices, parents, amis et autres rencontres ont partagé, chacun à leur façon, leur savoir, leur espérance et surtout leur amour, avec cette jeune « peste » prétentieuse et imbue d'elle-même que j’étais.

ll y a, écrivait Péguy, des gens « imperméables à la Grâce ». J'ai été ainsi, longtemps, incapable d'aimer « comme moi-même », car je ne m'aimais pas. En plus, je croyais que Dieu était une histoire d'hommes, exclusivement. En tant que femme, je ne croyais pas à son amour pour moi. Mais je me trompais, ll me l'a fait bien voir !

« Tu as changé mes lamentations en allégresse
Tu as délié mon sac, et tu m'as ceint de joie
Afin que mon cœur te chante et ne soit pas muet. »
(Psaume 30.12-13a)
Dans la plupart des récits de conversion que j'entends, la place des larmes est grande. Moi, si j'ai pleuré, ce fut de rire. C'est ainsi qu'll s'y est pris avec moi. C'est comme si une fenêtre s'était ouverte, de l'air est entré, un souffle vivifiant : il était là. Ce n'est pas une allégation ni une interprétation, ll était présent, invraisemblablement, mais assurément. Que je m'arrange avec ça comme je peux.

Libérée de mon fardeau de colère, de peur, j'ai été assurée de tout l'amour du monde, car oui, je suis Sa bien-aimée, j'en ai recu I'assurance ! Et mon rire fut à la mesure de ma joie : énorme, inextinguible, libérateur. Touchée par le rire un être aussi sérieux, imbu de lui-même, que je l'étais, vraiment, quel humour a ce Dieu ! En arrivant en Corse, dans cette petite Église réformée animée par une poignée de paroissiens, je me suis enfin engagée, et j'ai demandé la confirmation de mon baptême. J'ai appris que j'étais « la lumière du monde » et « le sel de la terre » (textes choisis par le pasteur Charbonnier) et qu'être aimée de Dieu signifiait que je devais me battre pour lui, faible et crucifié sur notre terre, par nous les humains. Éclairer, piquer et lutter, un programme d'enfer ! Heu... !

ll y a quatre ans, quand j'ai endossé le rôle de présidente du conseil presbytéral, l'intervention de Gamaliel, le pharisien d’Actes 2, a été déterminante au regard de mes « je ne serai pas capable ! »
« Si cette entreprise (celle des apôtres) vient des hommes, elle se détruira. Si elle vient de Dieu, vous ne pourrez la détruire. »
Je pouvais me tromper sans honte. Et puis, ce cantique :
« Captif durant tes veilles de vingt soins superflus,
bientôt tu t'émerveilles de voir qu'ils ne sont plus. »



Retour vers "libres opinions"

Vos commentaires et réactions

haut de la page

 

rtin Luther  

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.