Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

Libre opinion




 

Football et prières

 

Michel Barlow

Courrier de l'hebdomadaire protestant Réforme

28 juin 2018



3 juillet 2018

En écho aux prises de position, dans le dernier numéro de Réforme et sur le site du journal, sur le thème : « Peuton prier pour son équipe ? ». cene relecture du prophète Amos (5, 21-24).

« Ainsi parle le Seigneur : Je déteste et méprise les prières publiques (parfois grassement rémunérées à l'officiant) pour obtenir du Ciel que votre équipe favorite gagne la Coupe du Monde de football ! Et ça m'agace de voir les plus pieux des joueurs faire ostensiblement de grands signes de croix au début de la rencontre !

Je préfère regarder ailleurs quand vous faites brûler des cierges dans les églises pour que j'accorde un triomphal « trois à zéro » à votre équipe nationale !

Je n'en peux plus d'entendre le brouhaha de vos prières, d'autant plus ferventes qu'elles s'excitent pour une cause absolument futile ! Il n'y a rien qui me déplaise davantage que ces débordements de piété populaire !

Pour qui me prenez-vous, à la fin ? Un faiseur de pluie et de beau temps ? Un aspirateur de ballon dans la cage des buts adverses - autant dire un tricheur tout-puissant ?

Doutez-vous de mon esprit sportif au point d'imaginer que je ne désire pas tout simplement que le meilleur gagne, et cela, par ses propres moyens et sans aide extérieure : à la loyale ? »

 

_______________________

 

Amos 5.21-24
Je hais, je méprise vos fêtes, Je ne puis sentir vos assemblées.
Quand vous me présentez des holocaustes et des offrandes, e n'y prends aucun plaisir ;
Et les veaux engraissés que vous sacrifiez en actions de grâces, Je ne les regarde pas.
Eloigne de moi le bruit de tes cantiques ; je n'écoute pas le son de tes luths.
Mais que la droiture soit comme un courant d'eau et la justice comme un torrent qui jamais ne tarit.

 

Retour vers Michel Barlow
Retour vers "libres opinions"
Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

v it libérs du sacré

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.