Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

Libre opinion


Regards sur l’Enfant Jésus

 

Roland Nadaus


Édition Olivétan

62 pages - 14 €


 

recension Gilles Catelnau



27 mars 2018

En 4e de couverture l’éditeur explique :

En 1944, Olivier Messiaen a composé vingt pièces pour piano seul qu'il a intitulées : Vingt regards sur l'enfant Jésu. À l'occasion d'un concert au cours duquel la pianiste Marielle Le Monnier a repris quelques-unes de ces pièces, Roland Nadaus a composé vingt poèmes inspirés par les titres donnés à son œuvre par Messiaen lui-même.

Le résultat est saisissant. Entraînés par la poésie de Roland Nadaus, nous ne sommes plus de simples spectateurs de l'histoire un peu surannée de la crèche de Noël, mais nous devenons acteurs de la vie nouvelle que Dieu donne au monde au travers de la fragilité de cet enfant - qui est une forme de provocation.


Il y a donc 20 poèmes dans ce petit livre. En voici deux exemples :

 

L'échange

Les anges n'ont pas d’ailes
visibles
Sinon ce seraient des statues
- autrement dit
des sarcophages d'âme -

Qui peut penser un seul instant
d'éternité
que des pierres sculptées
se soient penchées
sur l'Enfant Jésus ?

Dans sa mangeoire de pierre
vive
emmailloté de bandelettes
- comme il le sera dans sa mort -
Il écoute et respire le souffle des Vivants

Ce sont Marie et son Joseph
et les bergers et le bœuf blond
et l'âne gris
mais c'est aussi
le Souffle de l'Esprit

Que des anges
ailes invisibles en éventail
rendent perceptibles
au Corps menu si menu
de l’Enfant-Jésus

Pourtant cette première pierre
creusée en mangeoire à bestiaux
annonce la dernière
la pierre tombale du Tombeau
- qui sera roulée par des anges -

Car chaque naissance mes amis
est déjà une re-naissance à nous-mêmes
chaque adoption chaque reconnaissance
- les mains du cœur sur le front de l’enfant -

Ne cherchons pas plus loin
les anges :
Vous en êtes même sans le savoir
- Vous n'osez pas ?
Eh bien osez la Parole ! –

 

 

Regard des hauteurs

Quel fut le premier oiseau à chanter
au-dessus de la Crèche ?

Quelles ailes venues des Hauteurs
descendirent pour son hosanna ?

Les bergers prétendirent qu'ils entendirent
grisoller une alouette

Mais d'autres arguant de la nuit affirment
qu'un rossignol s'égosilla à proclamer : Hosanna ! Hosanna !

Quand on interrogea les rois mages ils évoquèrent
un oiseau au plumage d’or d’encens et de myrrhe

Personne n'osa interroger Marie
ni Joseph ni même l'aubergiste de Bethléem

Le bœuf roux et l'âne gris aux grandes oreilles
avaient tout entendu pourtant personne ne leur demanda rien

Dans les temps qui suivirent des milliers ailes furent suggérées :
Merles fauvettes pinsons chardonnerets serins cinis et même bouscarles

« Tous sans doute descendirent des Hauteurs
sous forme d'anges » décida un Docteur ès paradis

Et j'ai cru cela longtemps trop longtemps
que seuls de tels oiseaux pouvaient chanter l'Enfant-Jésus

(comme il en est chez les hommes où souvent
plumage vaut mieux que ramage)

Pourtant personne n'interrogea Jésus
en Personne

Et cependant Il l'avait dit : son oiseau prince
son prince oiseau c'est l'Homme
- avec ses ailes de moineau -

 

 


Retour vers "libres opinions"
Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

v it libérs du sacré

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.