Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


Dialogue interreligieux



/i339.oec/i339.oestr.pngaai339.oec/i339.will.png

                 Canon Paul Oestreicher                                           Lord Rowan Williams

Faut-il exclure
l’Église orthodoxe russe
du Conseil Œcuménique des Églises ?


Canon Paul Oestreicher, Lord Rowan Williams

 

Dialogue du chanoine Paul Oestreicher,
ancien directeur du Centre pour la Réconciliation internationale de la cathédrale de Coventry
qui prend position contre cette exclusion
et le Très Rev. Lord Rowan Williams,
ancien archevêque de Cantorbéry,
qui prend position en faveur de cette exclusion.


Church Times du 20 mai 2022

Traduction Gilles Castelnau

 

30 mai  2022


Paul Oestreicher

 

Mon cher Rowan,

Faut-il exclure l'Église orthodoxe russe du Conseil œcuménique des Églises (COE) ? Je suis un enfant de l'œcuménisme du XXe siècle. L'unité chrétienne a été l'un de mes idéaux dont le COE est une incarnation imparfaite mais importante. Pour cette raison, mon idée est qu'il est impensable d'exclure une Église membre, aussi déplaisante soit son attitude. N’avons-nous pas été tous coupables d’une manière ou d’une autre ? N’avons-nous pas tous besoin de pardon.

 

Les Églises d'Afrique du Sud n'ont pas été exclues lorsqu’elles soutenaient l’apartheid et que la politique du COE était pourtant sans ambiguïté. Elles se sont finalement repenties. La condamnation par le COE de l'invasion russe en Ukraine est également tout aussi claire, le patriarche Kirill soutient pourtant la guerre de Poutine et, contrairement à vous, je suis néanmoins opposé à leur exclusion. Celle-ci frapperait en même temps les courageux chrétiens russes qui, dangereusement, s’opposent à la guerre de Poutine. Elle rendrait de plus encore plus difficile les pourparlers que le pape et l’archevêque de Cantorbéry s’efforcent de poursuivre pour mettre fin au massacre.

 

J’en ai parlé récemment avec mon ami le professeur Fernando Enns, membre du Comité central du COE, qui devra prendre position avant la réunion de l'Assemblée générale du COE prévue prochainement en Allemagne. (Le Conseil Œcuménique réunjit tous les 7 ans son Assemblée générale. Celle-ci, la  11e, aura lieu à Karlsruhe, en Allemagne, du 31 août au 8 septembre 2022. Note de G.C.)

Il pense comme moi que la solidarité chrétienne s'oppose à l'expulsion d'une Église membre. Il pense que la situation actuelle de l’Église orthodoxe russe ressemble à celle de l’Église allemande majoritairement dominée par les « chrétiens allemands » qui soutenaient le mouvement nazi de Hitler.

Il faut reconnaître que cette comparaison m’a fait réfléchir. Si le COE avait existé à l’époque, y aurais-je accepté le Chrétiens Allemands qui rejetaient les Juifs ? Je n’en suis pas sûr.

Certes le patriarche Kirill bénit une guerre injuste et illégale. Mais je me souviens de ce que ma propre Église d'Angleterre n'a jamais condamné l'invasion de l'Irak pourtant illégale, qui a eu des conséquences catastrophiques.
Elle a béni à l'abbaye de Westminster l’installation des sous-marins nucléaires britanniques.
Sans parler de la malheureuse attaque britannique de l'Égypte, alors que l'Armée rouge ouvrait le feu dans les rues de Budapest.

Qui mérite de demeurer dans le COE et qui doit en être exclu ? Quels principes doivent être suivis ? faut-il privilégier la solidarité chrétienne ou l’attitude de propre justice ? Est-ce l’Église elle-même ou est-ce l’humanité entière qui est le véritable Corps du Christ ? La question est théologique et fort compliquée.

 

 

 

Lord Rowan Williams

 

Mon cher Paul,

Nous nous trouvons devant une Église dont la hiérarchie ne se contente pas d’acquiescer passivement à une guerre d'agression mais la préconise activement et soutient le principe du massacre des populations civiles comme une défense de la civilisation chrétienne. Il en résulte que ses fidèles sont tués, avec son approbation par d’autres de ses fidèles. Ce n’est évidemment pas plus dramatique que n’importe quel massacre de civils mais cela pose un problème quant à la conduite de ce patriarche et à la crédibilité de cette Église.

Il ne s’agit pas de la faiblesse ou du péché de certains individus, mais de la plus haute autorité d'une Église approuvant notoirement un scandale public.

Nous demeurons bien sûr, unis théologiquement en tant que Corps du Christ mais cette solidarité fondamentale ne permet aucune autosatisfaction et affirmation d’une unité morale parfaite. L'appartenance au COE n'est pas la même chose que la communion au Corps du Christ.

En ce qui concerne les Chrétiens Allemands des années 1930, le pasteur Bonhoeffer soulignait que leur programme était fondamentalement anti-chrétien et que les autres Églises ne devaient pas lui accorder la moindre crédibilité.

Je suis le dernier à blanchir ma propre Église pour sa position à l'époque de Suez ou de l’Irak, mais il est juste de dire que celle-ci n’a jamais été présentée comme une option chrétienne obligatoire positive et n’a jamais appelé au massacre de populations civiles.

 

L'exclusion du Patriarcat de Moscou du COE compliquerait-elle réellement la vie des chrétiens et des dissidents russes ? C'est une question importante sur laquelle j'aimerais être davantage informé. Quelques amis orthodoxes m’ont dit que la situation des dissidents russes ne pourrait guère être pire que ce qu’elle est déjà actuellement étant données la pression exercée sur eux par le patriarche Kirill.

C’est un fait que celui-ci déjà dénoncé l’agnosticisme et l’amoralisme des Églises européennes

Je pense vraiment qu’il devrait être amené à rendre des comptes de sa politique actuelle.

 

J’ai eu de longues et fructueuses relations avec l'Église russe qui m’amènent aujourd’hui à refuser de la voir mais c'est en partie par amour pour sa tradition que je ne veux pas la voir ainsi prisonnière d'une mythologie nationale qui s’avère profondément destructrice.

Avec amour en Christ, comme toujours…



Retour vers interreligieux

Retour vers la page d'accueil
Vos commentaires et réactions

 

 

haut de la page

 

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.