Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

 


 

Jérusalem, trois fois trop sainte

Claudine Castelnau

 


19 mars 2018

« Trois fois trop sainte ». C’est de Jérusalem qu’il s’agit. L’article paru dans Le Monde des religions le 28 février est encore hélas d’actualité avec la décision du président Trump et au mépris des engagements internationaux, d’y transplanter l’ambassade des Etats-Unis qui est jusqu’ici à Tel Aviv, la capitale d’Israël où sont la plupart des autres ambassades du monde occidental. Alors Jérusalem, cette ville qui suscite tant de haine et de passion et que Le Monde des religions décrit :

« Elle couvre à peine plus de cent kilomètres carrés de notre vaste planète. Cent kilomètres carrés chéris, adulés, sacralisés. Mais cent kilomètres carrés qui ne cessent d'empoisonner les relations internationales, voire les simples rapports de voisinage. De fait, même à l'autre bout de la planète, chacun se sent concerné par la situation à Jérusalem, et plus globalement par le conflit israélo-palestinien [.....]
En mêlant dans un lieu unique les trois religions vouées à un Dieu tout aussi unique, on obtient un précipité particulièrement explosif. Un anthropologue spécialiste des pèlerinages, de renchérir : Jérusalem est "trois fois trop sainte". 
Comme si, paradoxalement, l'excès de sainteté nuisait au sacré. Comme si, à trop sacraliser un site, un personnage, un texte, on finissait par le souiller.
Car oui, Jérusalem est souillée par les drames qui se déroulent bien trop souvent en son sein. Au fond, on en vient à croire que pour faire baisser la température dans cette zone du globe, il faudrait finalement désacraliser, au moins un peu, l'attachement viscéral que les fidèles des trois religions portent légitimement à cette terre millénaire, berceau de l'humanité. Laquelle oublie, parfois, de se conduire avec humanité.

Désacraliser pour retrouver l'essence du sacré, pour renouer avec ce qui fait de nous des êtres humains. Avant de rêver à la Jérusalem céleste annoncée dans l'Apocalypse - où les hommes, dit Jean, vivront avec l'Éternel, pour l'éternité -, parvenir à cohabiter avec nos (plus ou moins) semblables dans la Jérusalem terrestre, nécessairement imparfaite, témoignerait de notre maturité. Suprême utopie ? » 
 



Retour vers Claudine Castelnau
Retour vers interreligieux

Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.