Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

 

 



Image de l’Inde

les vautours de la tolérance


 

Thiria François




11 novembre 2015

Dans un quartier de Bombay (Mumbaï aujourd’hui) vous voyez dans le ciel tourner des vautours. C’est le quartier des « tours de silence ». Les Parsis de religion zoroastrienne, venu de Perse il y a de nombreux siècles ont pour coutume d’exposer leurs morts aux vautours dans ces bâtiments. Ceci est une belle image des Indiens qui ont chez eux accueilli toutes les religions du monde (sauf le shintoïsme). L’hindouisme se caractérise par son ouverture, son respect de la différence, son acceptation des autres croyances.

Il faut citer le discours que Swami Vivekananda prononça en 1893 lors du Parlement des Religions qui se tint à Chicago :

« Je suis fier d’appartenir à une religion qui a enseigné au monde la tolérance et l’acceptation universelle. Nous croyons non seulement en la tolérance universelle, mais nous reconnaissons la vérité de toutes les autres religions. Je suis fier d’appartenir à une nation qui a accueilli les réfugiés et les persécutés de toutes les confessions et de toutes les nations de la terre. Je suis fier de vous dire que nous avons recueilli en notre sein les plus purs descendants des Israelites qui vinrent en Inde du sud trouver refuge chez nous, l’année même où leur temple sacré fut rasé par la tyrannie romaine.
Je suis fier d’appartenir à la religion qui a donné asile et qui continue de favoriser les héritiers de la grande nation zoroastrienne. Je me souviens avoir psalmodié depuis ma tendre enfance un hymne qui est chanté chaque matin par des millions d’êtres humains : « Tout comme les fleuves prennent leur source dans différents lieux puis mêlent leurs eaux dans l’océan, O Seigneur, les différents chemins qu’empruntent les hommes selon leurs diverses tendances pour aussi diverses que puissent apparaître, droites ou sinueuse, elles mènent toutes à Toi... »
La merveilleuse doctrine exprimée dans la Bhagavad Gita dit : « Je suis présent pour quiconque vient à moi, sous quelque forme que je manifeste ; tous les hommes se débattent sur des chemins qui en dernier lieu mènent à moi. »

Il aurait pu continuer la liste des religions qui se sont répandus en Inde : Les chrétiens nestoriens fuyant les foudres romaines, les commerçants musulmans envahissant paisiblement le sud de l’Inde, les guerriers turcs, afghans et moghols musulmans un peu moins pacifiques, les chrétiens britanniques avec toutes leurs confessions... En dehors des fanatiques, ces religions ont cohabité paisiblement avec les religions autochtones : hindouisme, bouddhisme et jaïnisme.
Une autre image m’a fait comprendre que la tolérance en Inde ne se vivait pas qu’entre religions mais aussi entre les religions et le pouvoir séculier : dans une ville du Kerala (état du sud ouest de l’Inde), un jour de fête, des guirlandes avec des effigies de la Vierge Marie (communauté catholique) s’étaient entremêlées intimement avec des guirlandes représentant le marteau et la faucille (gouvernement marxiste).

Les médias sont très tentés de nous montrer une Inde où la violence est omniprésente : viols, massacres (musulmans, chrétiens)... Il n’est pas questions de nier ces faits qui touchent 1,2 milliard d’habitants, mais plutôt de rappeler les principes fondamentaux de cette religion dont la tolérance est une des caractéristiques principales.
J’aimerai donner ma traduction à la conclusion de ce discours de Vivekananda :

« Cette présente convention, qui est une des plus auguste assemble jamais tenue, est en elle même une déclaration au monde de la merveilleuse doctrine prêchée dans la Bhagavad Gita : "Quiconque viens vers Moi, quelque soit la manière, je le rejoins ; tous les hommes luttent sur des chemins qui à la fin se dirige vers Moi".
Sectarisme, bigoterie, et leur horrible descendant, fanatisme, ont longtemps possédé cette belle terre. Ils ont rempli la terre avec violence, l’ont arrosée très souvent avec du sang humain, ont détruits des civilisations et acculé des nations entières au désespoir. Il n’y aurait pas eu ces horribles démons, la société humaine aurait été plus avancée qu’elle ne l’est maintenant.
Mais le temps est venu ; et j’espère avec ferveur que la cloche qui a sonné ce matin en honneur de cette convention était le glas de tout fanatisme, de toute persécution avec l’épée ou avec la plume, et de tout sentiments peu charitables entre personnes cheminant vers le même but »

C’était en 1893...

En 2015 les mots-vautours de l’intolérance, voile, halal, charia... peuplent nos médias et les discours. Quand pourrons nous dire avec nos frères musulmans certaines prières dont cette salutation donnée par le Cheikh Hamza Boubakeur :

« Seigneur tu es la paix, de Toi émane la paix, à Toi revient la paix ! Conserve-nous dans la paix et introduis nous dans la demeure de la paix ! Bénis sois-tu Seigneur et sois tu exalté, ô Toi en qui la majesté et la noblesse sont absolues »*

________________________

* Dans « Traité moderne de théologie islamique » p. 260 de Cheikh Hamza Boubakeur, ed. Maisonneuve & Larose



Retour vers François Thiria
Retour vers interreligieux

Retour vers la page d'accueil
Vos commentaires et réactions

 

 

haut de la page

 

   
  @

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.