Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

 

 



Couples protestants-musulmans

 

 

Commission des relations avec l’islam
Fédération protestante de France

 

Editions Olivétan

 

recension Gilles Castelnau

 

 

2 avril 2015

Ce petit livre est une sorte de manuel de préparation au mariage pour les couples mixtes. Il est très intelligemment fait, facile à lire et suggère mille et une questions que les amoureux font bien de se poser avant de se marier.

Prévu pour les couples protestants-musulmans, il convient certainement de même à tous les couples : un homme et une femme de n’importe quelle origine ne forment-ils pas pareillement un couple « mixte » d’une manière ou d’une autre ?

En voici quelques passage :

 

page 30

Nos différences : obstacles et richesses

Nous proposons sept groupes de questions qu'il serait utile de poser à nos couples mixtes :

NOS HÉRITAGES

• Quels sont les héritages (culturels et religieux) de chacune de nos familles que j'apprécie le plus et ceux que j'apprécie le moins ?

• Quelles sont mes relations avec mes parents aujourd'hui ?

NOS PROJETS D’AVENIR

• Si l'un d'entre nous est d'origine étrangère et voulait retourner habiter dans son pays, est-ce que je le suivrais ? Est-il acceptable que l'un d'entre nous y ait une place plus prépondérante selon les normes culturelles traditionnelles ?

• Où prendrons-nous notre retraite ? En France ou dans un autre pays ?

RÔLES

• Dans nos cultures, quelles sont les responsabilités (spécifiques) de l'homme et de la femme ?

• Dans un mariage interculturel, faut-il que l'un des conjoints se « soumette » à I'autre ? Lequel, et pourquoi ? Les tâches seront-elles réparties de façon équitable ou les rôles seront-ils assignés en fonction de la culture des conjoints (éducation des enfants, gestion du budget, achats, tâches ménagères, cuisine, agencement de la maison...) ?

• Dans la sexualité du couple, les rôles sont-ils définis à l'avance ? Laissent-ils la place au consentement mutuel ?

COMMUNICATION

• Comment communique-t-on les sentiments (que l'on ressent) et la politesse (vis à vis de nos familles respectives) dans nos cultures respectives ?

• Prenons-nous en compte la communicaiion non verbale de nos cultures respectives (gestes, intonation de la voix, proximité physique avec une personne, etc...) ?

TEMPS

• Quel rapport avons-nous avec le temps dans nos cultures ? Est-ce que l'important est d'être à I'heure, comment réagissons-nous l'imprévu ?

ARGENT

• Qui gérait l'argent dans nos familles ? Le ferons-nous ensemble ? Aurons-nous un compte bancaire commun ou séparé ?

• Prévoyons-nous de soutenir financièrement la famille et la communauté religieuse, et dans quelles proportions ?

• Avons-nous discuté ce que notre foi pourrait impliquer financièrement ?

LA RELIGION

• Lorsqu’on épouse une personne d'une autre religion, épouse-t-on aussi sa foi ?

• Est-ce que cela implique de perdre certains aspects des deux religions pour arriver à des situations de compromis dans la vie quotidienne ? Et de quelle (s) perte(s) s'agira-t-il ?

• Si les familles s'opposent au mariage interreligieux, la conversion est-elle une solution pour réconcilier les familles et les religions ?

• Quelle serait alors la motivation première de cette conversion pour le mariage ?

• Est-il facile de vivre sous de nouvelles traditions religieuses ? Cette conversion sera-t-elle acceptée ou considérée comme opportuniste par nos familles et nos communautés religieuses respectives ?

• Avons-nous envisagé - dans le pire des cas - de vivre une rupture définitive avec l'une de nos familles ?

Si un enfant arrive dans notre foyer, où et comment sera-t- il accueilli ? Dans l’église ou dans la mosquée ? Sera-t-il baptisé ? Circoncis ?

• Avons-nous pensé quelle éducation religieuse nous donnerions à nos enfants ? Peut-on envisager de transmettre deux religions ?

• Quel(s) lieu(x) de culte allons- nous fréquenter ?

• Dans notre foyer, comment pratiquerons-nous nos religions respectives ? Avons-nous envisagé de prier ensemble et comment ?

• Que mangera-t-on en fonction des obligations religieuses de chacun et qui préparera alors le repas ?

• Quelle place faisons-nous à la lecture de nos textes religieux, quel type de lecture en faisons-nous ?

 

 

page 35

Cheminer ensemble dans la durée

 

Les accompagnants ont la responsabilité d'aider le couple à poser de bonnes bases qui l'aideront à garder le cap dans les tempêtes. Car tout ce que l'on n'a pas bien étayé ou que l'on a voulu ignorer peut revenir en force, et se manifester de manière subite et inappropriée, le plus souvent dans la période des quarante-cinq- soixante ans.

Côté musulman, il est courant de voir à cet âge une personne, même non pratiquante depuis toujours, se mettre subitement à une pratique parfois rigoureuse de i'islam, ceci pour compenser les devoirs non accomplis auparavant. Cela peut aussi se manifester par le besoin de marier ses filles avec des musulmans, parfois même dans le pays d'origine ; ou d'aller y chercher soi-même une seconde épouse. Côté chrétisn, c'est aussi une période où malheureusement il n'est pas rare de voir quelqu'un « tout plaquer » du jour au lendemain, pour « retrouver une liberté nouvelle pour sa vie » ou « du sens à sa vie », ou pour partir avec « quelqu'un qui me comprend mieux ».

En cas de séparation d'un couple protestant-musulman, le (la) conjoint(e) pourrait décider d'aller vivre dans son pays d'origine, ou d'origine de ses parents. Les règles de ce pays s'appliqueraient alors pour régir la vie familiale, en particulier en ce qui conceme la garde et l'éducation des enfants, ainsi que pour la repartition des biens matrimoniaux et les droits de succession en cas de décès. Il serait alors difficile pour le conjoint non musulman de faire valoir ses droits.

 

 

page 50

Cérémonie interreligieuse de mariage
entre une protestante et un musulman
avec un imam et un pasteur


paroisse de l’Oratoire du Louvre le 23 juin 2012 avec le pasteur Marc Pernot et l’imam Saïd Ali Koussay

[...] Engagements des mariés devant le pasteur et l’imam

Le marié (musulman) : Au moment où devant Dieu je te choisis pour épouse, je tiens à me dire musulman. Dieu m'a conduit vers toi. Pour moi musulman, t’épouser signifie que je m'engage à respecter ta foi et ta pratique religieuse et à apprendre le respect de I'Islam à nos enfants. Je veux construire une vie d'amour en fondant notre famille ; je veux me réjouir de tes joies, partager tes peines et apaiser tes peurs. Je te promets de t'aimer, de te respecter, de t'encourager, de vivre avec toi dans la vérité et la fidélité de notre seule union. Pour moi la fidélité signifie que durant notre vie, nous nous devrons uniquement l'un à l'autre dans notre intimité.

La mariée (chrétienne) : Au moment où devant Dieu je te choisis pour époux, je tiens à me dire protestante. Je veux en pleine liberté créer avec toi une communauté dans la fidélité de Dieu. Pour moi chrétienne protestante, t’épouser signifie que je m'engage à respecter ta foi, ta pratique religieuse et à apprendre le christianisme à nos enfants. J'aimerais, par notre engagement, créer un lien sacré : je m'engage à tout faire pour que notre amour grandisse et à être pour toi un soutien. Je te serai fidèle, attachée aux valeurs de notre mariage et à son exclusivité. Je promets de t'aimer, de te respecter, décidée à rester fidèle à mon baptême. Je m'engage à ce que nos enfants connaissent nos deux religions.

Tous les deux : Dieu bénira notre union et avec Son aide, elle sera pour nos enfants, nos familles et nos amis, un moyen de compréhension entre chrétiens et musulmans. 

 

 

page 57

Les conséquences du principe de laïcité sur le droit du mariage et de la famille en France

par Blandine Chelini-Pont Professeur à l’Université d’Aix-Marseille

(13 pages de remarques légales)

 


 


Retour vers interreligieux

Retour vers la page d'accueil
Vos commentaires et réactions

 

 

haut de la page

 

   
  @

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.