Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

Article

Lolitas en kiosques
la presse des 6 - 12 ans

 

« Lolitas » hypersexy, brouillage des genres dont le marketing se joue, ni enfants ni adultes, malaise : est-ce un mouvement de fond ou de mode ? Une plongée dans la presse fillette (5 - 12 ans) donne quelques clés de compréhension et quelques questionnements supplémentaires...

 

20 juin 2004
La presse fillette ?
Au kiosque à journaux les couvertures colorées s'offrent sous plastique transparent avec un gadget très prisé (pendentif, tongs, perles, etc.). Une dizaine de titres mensuels dont Julie, Manon, Princesse, Les p'tites sorcières, Les P'tites princesses, Barbie Magazine, occupent le créneau - certains comme Manon ( 6 - 8 ans) ou Julie (8 - 12 ans) tirent respectivement à 80 000 et 140 000 exemplaires. Si la presse fillette n'est pas un phénomène nouveau, elle paraissait déjà au début du XIXe siècle, elle s'était absentée des années durant. Pour mille raisons, dont le féminisme et la mixité obligatoire des années 70 ne sont probablement les moindres. A l'époque, n'aurait-on pas pris pour une provocation l'appel évident à des valeurs « féminines », même s'il est plus subtil que dans les Lisette, La Semaine de Suzette ou Bernadette de naguère ?

La presse fillette d'aujourd'hui est, ,sans état d'âme, réservée aux filles, promeut un univers de filles dont les garçons sont les grands absents. Mais la différence avec les ancêtres ne tiendrait-elle pas dans cette autonomie qu'on encourage les jeunes lectrices à revendiquer, dans cette exigence de reconnaissance de leurs goûts, de leurs stars, de leurs marques, un mouvement dans lequel les adultes sont entraînés, consentants ou non !

Autre différence essentielle : ces fillettes apprennent très tôt à gérer les relations avec les copines et avec... les copains de coeur (les garçons n'existent généralement que dans cette relation). Et surtout à mesurer leur séduction. Il faut plaire, plaire encore et cette presse joue à fond sur l'apparence : conseils donnés pour « personnaliser son look », vêtements recommandés - des pages de publicité pour des vêtements de marque chers, même si dans la partie rédactionnelle on balance le conseil opposé : attention ne dépense pas futilement, ne t'attache pas aux marques, l'apparence n'est pas le seul critère pour être bien avec les copains !

Dès 6 ans on trouve aussi la bonne vieille rubrique courrier - courrier du coeur compris -, lieu de balbutiements des soucis amoureux - « Je suis amoureuse mais je ne sais pas s'il m'aime » - des disgrâces physiques, du souci de l'apparence qui trahit l'inquiétude de ne pas être conforme. Le stéréotype « minceur » se glisse déjà au travers de conseils : tu es ronde, tu es mince, choisis tel vêtement, ne grignote pas... Le courrier a pour fonction évidente de relier les lectrices mais ne donne-t-il pas en même temps au magazine l'autorité du savoir sur les conduites à tenir ? Les parents dont on sait qu'ils contrôlent très peu ou pas du tout ces lectures, comme le contenu des jeux vidéo des garçons d'ailleurs, devraient y être attentifs.

Si l'on ne trouve plus les stéréotypes sexuels classiques (ménage, cuisine, enfants) la fillette est bien modélisée, formatée pour un univers féminin convenu où elle navigue d'interviewes de stars en reportages sur un métier « social », de rubriques animalières à celles de bricolage, récurrentes celles-là et toujours connotées intérieur : décoration de la chambre, cadre pour ses photos, déguisements, en journal intime fortement valorisé - une expression de soi qui n'est jamais proposée qu'aux filles.
« Finalement, explique Corine Destal de l'université de Bordeaux qui a travaillé sur cette presse, les filles telles qu'on les montre dans la presse fillette correspondent à l'image de la femme moderne en miniature. On leur insuffle déjà qu'il faudra "assurer" sur tous les plans sans omettre cette touche de frivolité et de superficialité en même temps que de modération si "typiquement" féminines. Ce qu'on attend des filles ? Qu'elles contrôlent tout, les garçons étant largement dévalorisés dans cette presse »

Signe de régression de la cause des femmes que cette presse fillette centrée sur un univers hyperféminisé ? « En tout cas très frileuse, peu novatrice, dangereuse lorsqu'elle encourage finalement les adultes à cautionner les relations "amoureuses" de leurs filles dès l'école primaire ! Prépare-t-on des objets sexuels pour demain ?
Et des lectrices de la presse féminine plus que du "Monde" ou de "Libération" » 
?

 

Retour
Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.