Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


Spiritualité des images

 

 

 




Henri Matisse : la femme au chapeau 1904

 

Matisse, Cézanne, Picasso

l’aventure des Stein

 

Grand Palais de Paris

jusqu’au 15 janvier 2012

 

Exposition organisée par le Grand Palais, le Muséum of Modern Art de San Francisco
et le Metropolitan Museum of Art de New York.

présentée du 21 mai au 6 septembre 2011 au San Francisco Museum of Modern Art,
du 1er février au 3 juin 2012 au Metropolitan Museum of Art de New York.

 

 

Gilles Castelnau

 

21 octobre 2011

Au début du XXe siècle alors que régnait la bonne humeur exubérante de la Belle Époque, les peintres « modernes » faisaient scandale par leurs tableaux qui paraissaient « mal finis », aux lignes grossièrement dessinées, aux couleurs sorties presque pures des tubes et surtout présentant des personnages mal élevés, sans grâce ni finesse, aux attitudes inélégantes et manifestant mauvaise humeur, attitude dépressive, pour tout dire choquante pour la société parisienne habituée des Salons.

 

Pablo Picasso : Femme assise au fichu, 1902

Ces peintres réagissaient contre le conformisme ambiant et prétendaient affirmer le droit à une vie personnelle intériorisée et ne devant rien à personne.
On comparera avec intérêt cette attitude de révolte avec celle des peintres anglais que présente le musée d’Orsay avec son exposition Beauté, morale et volupté dans l’Angleterre d’Oscar Wilde et avec le faux conformisme des Espagnols du musée de l’Orangerie.

 

Henri Matisse : Le Garçon au filet à papilon, 1907

 

Toujours est-il qu’une famille américaine, les Stein, qui venait de s’installer à Paris, manifesta une engouement passionné pour cette recherche et acheta toute la production – ou presque – de ces peintres faméliques.

Notamment Matisse et Picasso qui manifestaient chacun à sa manière un attachement très fort au monde parisien des défavorisés avec une fureur de vivre et une force intérieure qui bouleversent le spectateur dès lors qu’il veut lui bien ouvrir son cœur à cette réflexion.

 

Pablo Picasso : Gertrude Stein, 1906

 

Retour vers spiritualité des images
Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.