Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


Spiritualité des images

 

 

 


 

Bernar Venet

au château de Versailles

 

Entrée libre

jusqu’au 1er novembre 2011

 

Gilles Castelnau

 

12 septembre 2011

Après Takashi Murakami l’été dernier, Xavier Veilhan en 2009 et Jeff Koons en 2008, c’est à Bernar Venet qu’a fait appel Jean-Jacques Aillagon, président de l'établissement public du musée et du domaine national de Versailles, pour le même défi d’adapter ses œuvres modernes au splendide et immense palais de style classique conçu par le roi Louis XIV.

 

 

Le visiteur jugera en arrivant, si les grands cercles de fer rouillé qui encadrent sur la place d’Armes du château la statue équestre du Roi Soleil en font ressortir la grandeur d’une manière qui s’accorde avec la gloire qui l’habitait. Et si les réseaux de cercles déposés devant la façade du château du côté du parc s’accordent à son prestige.
Il y en a plusieurs, tous sur l’esplanade dominant les jardins,  mais Bernar Venet n’a pas osé – ou le lui a-t-on interdit ? – en mettre un devant la façade.

 


Venet a déclaré qu’il était bien sûr que si Louis XIV voyait cela et avait conservé l’esprit créatif qui l’animait en son temps, il aurait tout à fait approuvé la présence de ces œuvres devant son château, ainsi d’ailleurs que celles de Takashi Murakami, de Xavier Veilhan ou de Jeff Koons.

Bernar Venet ne construit que des cercles. Très grands, en acier, lourds de plusieurs tonnes, aux formes calculées de manière rigoureusement mathématique.
Sans être lui-même un scientifique, Venet est passionné de mathématiques. Il donne à ses sculptures d’acier des courbes exactes et pures et les désigne uniquement d’après leur définition théorique.
Ainsi les constructions entourant la statue de Louis XIV sont composées de 16 cercles – 8 de chaque côté – de 22 mètres de haut, mesurant exactement 85,8° d’arc et le cartel posé devant elles indique seulement : 85,8° x 16 (puisqu’il y a 16 arc de 85,8°).
La ville de Suncheon en Corée a d'ores et déjà décidé de les acquérir. 

 


Bernar Venet est connu en France puisque de ses formations sont déjà en place à Paris sur le parvis de La Défense, à Nice, à Épinal, à Strasbourg, au musée de Grenoble. Il l’est davantage à l’étranger : Berlin, Tokyo, Pékin, San Francisco, Genève, Cologne, Liège.
Un atelier de 17 personnes est installé en Hongrie, voué à leur seule production.
Le petit clip que voici le montre jouant avec ses grandes barres qu’il affectionne évidemment. 

 

Louis XIV aurait-il vraiment approuvé la présence de ces œuvres devant son château ?
Bernar Venet dit qu’il n’y a placé que des cercles afin de ne pas opposer la dureté des lignes à la douceur de l’architecture du XVIIe siècle.
Il aurait pu dire qu’il a vu grand afin d’entrer dans l’amplitude étonnante du lieu. La beauté des courbes mathématiquement précises des cercles s’harmonise aussi certainement avec l’harmonie de la façade.
On ne m’ôtera néanmoins pas de l’idée que cette abondance de métal rouillé en regard du raffinement des façades, des statues et des miroirs d’eau représente une agression moqueuse de leur pureté.
Le visiteur jugera.

 

 

Retour vers spiritualité des images
Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.