Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


SpiritualitÉ des images



im436.jdedie.png


Amedro Modigliani, Portrait de Dédie, 1918
Modigliani était un juif sépharade de Toscane.

Dédie était le surnom d’Odette Hayden, première épouse du peintre cubiste Henri Hayden.


 

Chagall, Modigliani, Soutine...

Paris pour école, 1905-1940




musée du Judaïsme

jusqu’au 31 octobre 2021

 

Gilles Castelnau

 

 

27 octobre 2021

Le musée du Judaïsme nous offre une belle exposition des peintres juifs qui ont fait partie au début du XXe siècle de l’« École de Paris ».

 
im436.jpere.png


Marc Chagall (Moyshe Shagal de Vitebsk, actuelle Biélorussie),
« Le Père », 1911

  

De jeunes peintres, venus pour la plupart d’Europe de l’Est, se rassemblaient à Montparnasse et à Montmartre.

im436.jsonia.png 


Sonia Delaunay (Sara Élievna Stern),
« Philomène », 1907

Sonia Delaunay était russe, de Saint-Pétersbourg. Elle a peint ceci alors qu’elle venait d’arriver à Paris.

 

 

Réfugiés de pays autoritaires et inhumains, ils recherchaient ici librement l’expression d'un humanisme apaisé et souriant.


 im436.jhayden.png


Henri Hayden (Varsovie 1883-Paris, 1970) « Parisienne à l’éventail », 1912

 

Ils ont aimé la France et beaucoup se sont engagés dans la Légion étrangère de l’Armée française lors de la guerre de 1914.

 

im436.jsout.jpeg


Chaïm Soutine, Smilovitchi, Biélorussie,
Garçon d’honneur, vers 1924-1925

 

En présentant l’exposition Soutine -  - du musée de l’Orangerie, j’écrivais :

Chaïm Soutine est arrivé de Russie à Paris en 1913, comme de nombreux jeunes peintres attirés par la liberté de pensée et le dynamisme qui y régnaient.
Ils se retrouvaient à Montparnasse à la « Closerie des Lilas » à la « Coupole » ou au « Sélect » : le Hollandais van Dongen, l’Espagnol Picasso, le Roumain Brancusi, l’Italien Modigliani et l’Espagnol Juan Gris, le Russe Chagall, le Polonais Kisling, puis le Hollandais Mondrian, le Japonais Foujita.
Soutine logeait à la « Ruche », ancien pavillon de l’Exposition universelle, devenu logement bon marché.

 

im436.jkisling.JPG

Moïse Kisling, Cracovie,  Femme au châle polonais, 1928

 

Kisling était proche de Modigliani et c’est lui qui organisera ses obsèques à sa mort en 1920

  

Ils s’entendaient bien et s’unissaient en une fraternité que l’on appellera « l’École de Paris ».  L’ambiance y était tranquille et ils vivaient des jours heureux, malgré l’insuccès de leur jeunesse et leur pauvreté financière. Nulle rivalité nationale ne les opposait ni aucune opposition idéologique. Leur peinture était plaisante et sereine.

 

im436.jtorah.jpeg

 Marc Chagall (Moyshe Shagal) Villageois tenant la Torah, 1928

 

Certains conservaient pourtant de mauvais souvenir de leur jeune passé. Soutine, qui était juif, demeurait marqué, comme Chagall, par les terribles pogroms antisémites de Russie qui expliquent sans doute l’inquiétude et l’étrangeté de sa peinture.

 

Parmi eux, plusieurs et non des moindres, étaient d’origine juive. Cette exposition nous en offre un parcours heureux qui enchante la visite.

 

 

/im436.jktz.jpeg

Mané-Katz (Emmanuel Katz), Krementchouk (actuelle Ukraine) La Lecture, 1931





Retour vers spiritualité des images
Vos commentaires et réaction


 

haut de la page

   

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.