Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


SpiritualitÉ des images



René Magritte, L’Orient, 1941

Magritte Renoir

 

Le surréalisme en plein soleil


Musée de l’Orangerie

jusqu'au 19 juillet 2021

 

Gilles Castelnau

 

 

1er juin 2021

Le charmant musée de l’Orangerie offre une exposition colorée heureuse qui séduit les visiteurs. Au moment le plus sombre de la guerre, René Magritte puise en lui le dynamisme créateur de vivre « malgré tout ». Il inverse l’humour souvent noir des surréalistes des années folles d’avant guerre pour susciter avec ironie, force et espérance dans les cœurs des Belges et des Français souffrant dans l’Europe occupée.

René Magritte, Le Retour, 1940

 

Magritte qui avait pris des positions farouchement antifascistes avait fui l’invasion allemande de la Belgique en se rendant à Marseille dans la zone libre de la France. Il décide de revenir. Il est d’ailleurs heureux de retrouver sa femme Georgette qui ne l'avait pas suivi.
Il produit désormais une peinture optimiste, encourageante, bien plus positive qu'auparavant où il était tout de même un peu noir.


L’Allemagne perdra forcément la guerre. Cet oiseau révélant un ciel bleu et lumineux ouvre un horizon d’espérance dans un ciel bien sombre. Les œufs éclairés par la lumière du soleil suggèrent eux aussi une vie qui ne saurait manquer de naître bientôt.
Magritte vit une période qu’il nomme son « art solaire » ou son « surréalisme en plein soleil ».

 

a

Pierre-Auguste Renoir Nu couché, vers 1890-1895

René Magritte, La Moisson, 1943

Renoir est mort depuis 1919 mais son succès est sans cesse grandissant. Magritte est de ceux qui s’y réfèrent. Il le pastiche pour ainsi dire. Certes le ciel du paysage est un peu couvert, mais la lumière le traverse pourtant, les rideaux ne sont pas vraiment ensoleillés mais leurs couleurs sont chaudes, la femme est couchée dans une posture alanguie mais ses couleurs bizarres sont vives. Et l’ensemble dégage un élan dynamique et presque joyeux qui fait écho aux bonnes nouvelles venant du front de l’Est : l’Allemagne vient de perdre Stalingrad !fait de ce tableau une figuration de la joie de vivre.

 

René Magritte, Le Premier jour, 1943

Ce violoniste qui fait danser une minuscule ballerine est symbole de la joie de vivre « malgré tout ».

 

René Magritte, Alice au pays des merveilles, 1946

 

Magritte écrit  son « Manifeste pour un Surréalisme en plein soleil » qui tranche sur sa peinture précédente noire et un peu anxiogène.
Le livre d’Alice au pays des merveilles (1865) que les surréalistes considéraient comme faisant pour ainsi dire déjà partie de leur mouvement, est représenté ici de manière colorée et pleine d’humour. Mais cette peinture optimiste ne conviendra pas à Breton, chantre du surréalisme traditionnel.

 

a

René Magritte Ceci n’est pas une pipe 1946

René Magritte Ceci n’est pas une pipe 1928-1929

 

Magritte écrit :
« En 1925 il fallait s’opposer au règne de l’optimisme aveugle. En 1946, nous opposons au pessimisme général le soleil comme élément de contradiction, et aussi le plaisir, le charme qui sont absents du monde actuel qui n’offre à notre curiosité que des spectacles tristes et imbéciles. » (Lettre à Marcel Mariën)

 

Le Bain de cristal, 1946

 

Et c’est la « joie » d’un surréalisme heureux (Le grand cou de la girafe qui répond au grand pied du verre) auquel Magritte veut entraîner les Belges et les Français désespérés par les souffrances de la guerre et les ravages dans lesquels se débat une Europe en ruine et encore affamé.

 

 

Retour vers spiritualité des images
Vos commentaires et réaction


 

haut de la page

   

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.