Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


SpiritualitÉ des images

 

Jacques-Emile Blanche, Aubrey Beardsley, 1895

 

Aubrey Beardsley


(1801-1864)



musée d'Orsay
jusqu’au 10 janvier 2021

 

Gilles Castelnau

 

21 octobre 2020

Aubrey Beardsley (1872-1898) était un jeune dessinateur anglais à succès. Il fréquentait aussi beaucoup Paris et s’est finalement installé en France.

Il était ami, à Paris, du brillant Jacques-Emile Blanche, portraitiste connu, qui se plut à le peindre (tableau ci-dessus) en dandy avec son grand nœud papillon et la fleur à sa coutonnière, manipulant sa canne, bien coiffé… sous un ciel d’orage.

 

Walter Sickert, Aubrey Beardsley, 1894

 

Il était aussi lié à son compatriote anglais Walter Sickert qui venait fréquemment à Paris.
Aubrey Beardsley Élégant, charmant, incroyablement habile et imaginatif, très prolixe (il a réalisé 1000 dessins !) il réussit à faire publier les illustrations qu’il imaginait pour des livres en vogue.

 

Rameau fané, 1891

 

Orignal, volontiers provocateur dans l’Angleterre de la reine Victoria, ami d’Oscar Wilde et lui-même peut-être aussi un peu homosexuel à l’occasion, amusé par le conservatisme de la République naissante en France, toujours malade, tuberculeux, il est mort à Menton à 25 ans, étoile filante dans le ciel de la Belle époque.

 

La découverte du Saint-Graal, 1892

 

En 1890, à 18 ans, il est remarqué et encouragé par le grand Edward Burne-Jones, représentant du préraphaélisme tourné vers un symbolisme médiéval.

En 1891 il illustre la « Salomé » d’Oscar Wilde

En 1892, à 20 ans, il rencontre l’éditeur de « la Mort d’Arthur » de Thomas Malory, récit médiéval du roi Arthur. Il en propose des illustrations qui lui attirent un grand succès.

 

Arthur et l’étrange manteau, 1893

Comment sir Tristam but le philtre d’amour, 1893

 

Dessin pour le frontispice du recueil de pièces de John Davidson, 1894

Le cartel dit :

Beardsley représente des figures du théâtre britannique pour un recueil de pièces de l’écrivain écossais John Davidson. Au centre l’acteur et le producteur de théâtre Sir Augustus Harris. A sa droite Oscar Wilde, coiffé de larges grappes de raisin, signe d’ébriété, enfin, derrière Sir Augustus Harris, le poète anglais Richard Le Gallienne, vêtu en costume d’arlequin.



 

Retour vers spiritualité des images
Vos commentaires et réaction


 

haut de la page

 

   

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.