Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


SpiritualitÉ des images

 

 

Expo céramique


Alexandrine Aimé





Face à l’église Saint Pierre, Dieulefit (Drôme)

jusqu’au 31 août 2019

 

Gilles Castelnau

 

21 juillet 2019

Dans la minuscule boutique de la vieille ville de Dieulefit, Alexandrine Aimé fait exprimer à de petits personnages de céramique toute l’intensité de la vie. Ils nous entraînent dans le rêve charmant d’une vie sautillante.

(La galerie héberge aussi les céramiques de Sandra Rochon)

Le loup bleu
Ainsi le loup bleu placé ci-dessus en exergue, a beau tirer une grande langue rouge, il n’en est pas moins parfaitement inoffensif : son pas de danse déséquilibré, ses yeux exorbités et surtout sa couleur inattendue écartent toute crainte.
Le petit Chaperon rouge lui-même loin d’en être effrayé aurait plutôt envie de le caresser et de le prendre dans ses bras.
Le quadrillage sur son ventre pourrait évoquer la couture recousue de son ventre ouvert par le chasseur.
Tout est bien qui finit bien. D’ailleurs qui aurait peur d’un loup bleu qui danse les yeux au ciel ?
On dit que les Français sont pessimistes et anxieux. Gageons que la seule présence d’une telle figurine sur un meuble suffirait à chasser tout miasme délétère de la demeure !

 

 

Ce danseur noir est lui aussi lancé dans un déséquilibre joyeux, avec ses boules de toutes les couleurs. Ses énormes sabots ne le freinent pas. C’est d’ailleurs une danseuse : voyez ses seins ! Rythme africain effréné, joie des couleurs, vivacité communicative de la fraîcheurs.

Ce petit roi a la tête inclinée : il ne manifeste pas d’autorité coercitive. D’ailleurs ses immenses yeux dépareillés ne semblent pas menaçants. C’est encore ici peut-être une reine : elle a de petits seins noirs. Des boules de couleur remplacent ses mains comme les feuillages des pom-pom girls.
Une sorte de tristesse se lit-elle sur ce visage caricaturé et se mêle-t-elle à son entrain ? La force morale vaincra-t-elle la mélancolie ? Ce sera au possesseur de cette étrange statuette de répondre.

 

Les patins à roulettes suggèrent l’élan et l‘agilité d’un jeu. Mais le visage et les yeux tout ronds levés vers le haut, les mains jointes dans le geste de la prière évoquent plutôt un recueillement intériorisé, une attente fervente. Le religieux ou du moins la spiritualité ont leur place parmi ces figurines, comme, bien certainement, parmi les promeneurs de la Viale de Dieulefit.

 

 

Le visage est masculin et la posture puissante et assurée mais ici encore l’artiste l’a féminisée avec ses deux petits seins rouges.
Cette femme – si c’en est une – a elle aussi le visage levé et elle étend les bras dans un geste impressionnant d’invocation ou de bénédiction.
Pourtant le sérieux de sa spiritualité est comme désacralisé dans un éclat de rire interrogatif à la vue de ses jambes et de ses pieds extravagants.

 

 

 

Cette femme à la coiffure étrange a un visage heureux. Évidemment personne ne saurait tenir ses pieds comme elle. Mais surtout son geste des bras enthousiaste et son sourire avenant n’appellent ni à l’amitié ni à l’amour mais à la communion internet : c’est un bip qu’elle brandit, symbole peut-être qui détruit l’illusion de toute spiritualité.


Retour vers spiritualité des images
Vos commentaires et réaction

 

 

haut de la page

 

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.