Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


SpiritualitÉ des images

 

Kamisaka Sekka, Fleurs et plantes des quatre saisons, entre 1920 et 1925

 

Trésors de Kyoto

 

trois siècles de création Rinpa

 

Musée Cernuschi

 

jusqu’au 27 janvier 2019

 

Gilles Castelnau

 

 

26 octobre 2018

Cette exposition présente 60 œuvres du mouvement japonais Rinpa. Celui-ci qui dure depuis trois siècles, rassemble de nombreux artistes qui sont tous unis dans la volonté de présenter la nature, ses fleurs et ses oiseaux de manière à la fois très proche de la réalité et exprimant l’élan spirituel de l’âme japonaise.

 

Fukae Roshū (1699-1757) Fleurs et plantes

 

Ces peintures sont destinées à faire entrer le visiteur dans une méditation apaisante. La finesse de ces représentations, leurs tons à la fois vivants et légers, le fond du tableau souvent en feuille d’or et de toutes façons à la teinte très douce, font sans doute contraste avec l’atmosphère dure et raide dans laquelle vit la population japonaise.

 

Tawaraya Sotatsu, Dieux du vent et du tonnerre, XVIIe siècle


Ce tableau qualifié au Japon de « trésor national » n’est visible à Kyoto qu’en de très rares occasions

 

Kamisaka Sekka, Le Village de Kōetsu, vers 1940

 

Ces artistes s’attachent à peindre des scènes apaisées et sereine et se contentent le plus souvent de figurer une nature symbolique faite de plantes et d’oiseaux tranquilles et au dessin délicat, aux couleurs suaves, dont la quiétude élève les pensées des Japonais de Kyoto.

 

Ogata Korin, Mont Fuji et Vagues à Matsushima, XVIIIe siècle

 

Quelle que soit l’époque, du 17e siècle à nos jours, c’est un rêve léger que suscitent ces tableaux, bien loin de la vie quotidienne implacable et brutale que connaissent les Japonais dans leur travail et leur vie sociale ou familiale.

 

Kamisaka Sekka, La Sorcière Yamanba, entre 1905 et 1915

 

On pourra se demander si cet art entend manifester – avec humour en ce qui concerne cette « sorcière » - la sérénité intérieure et l’harmonie qui baignent l’existence de fait cruelle des Japonais surmenés par une activité et des règles de vie souvent implacables ou s’il suggère au contraire une évasion dans un monde imaginaire onirique.

 

Moines présents dans toute l'exposition



Retour vers spiritualité des images
Vos commentaires et réaction

 

 

haut de la page

   

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.