Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


SpiritualitÉ des images


 

Femme regardant une bougie allumée, 1933

 

Alphonse Mucha


Musée de Paris-Luxembourg

 

jusqu’au 27 janvier 2019

 

Gilles Castelnau

 

 

23 octobre 2018

La prodigieuse vague de la Belle époque envahit l’Europe. Alphonse Mucha quitte en 1887 sa Moravie natale (actuelle République tchèque) et s’installe à Paris. Il y participe de tout coeur à la joie de vivre de l’Art nouveau immergé dans une nature fictive et onirique, où l’on se fond dans les arabesques de plantes imaginaires exubérantes – Guimard en constitue même les piliers des entrées des stations de métro et Émile Gallé les dessine sur ses verreries et ses lampes.

 

Étude pour le menu du restaurant du Pavillon bosniaque
à l’Exposition universelle de Paris 1900

 

C’est une période de bonheur souriant et sans souci que l’on appelle Jugendstil en Europe centrale : Mucha se souvient de son origine en réalisant cette affiche pour son pays bien-aimé.


La Lune et les étoies : Étude pour Clair de lune. 1903

 


La lune même et les étoiles participent au grand rêve cosmique transcendant l’humanité. Mucha peindra pendant plusieurs années la prestigieuse Sarah Bernard si fine et si belle comme les algues de la mer…

 

.

 


Cette fin du XIXe siècle est aussi une période de recherche de nouvelle spiritualité, faite de philosophie néo-protestante, de réflexion ésotérique, de spiritisme. La recherche éthique de Mucha l’entraine dans la franc-maçonnerie Grand Orient : Beauté, Vérité, Amour

 

Vierge aux lys, 1905.

 

La méditation de cette jeune Morave l’élève dans un monde de prière fait de voiles blancs et de lys dominé par une jeune fille au visage apaisé et recueilli qui est peut-être la Vierge Marie ou plus probablement le symbole de pureté à laquelle rêve la jeune fille.

 

Septième page allégorique du Notre Père « Ne nous soumets pas à la tentation mais délivre-nous du mal », 1899


Mucha illustre ainsi la prière du Notre Père de façon très étonnante. La jeune fille a les yeux fermés dans une tension intérieure et les seins nus. Le personnage féminin évanescent à l’immense vêtement qui la cagole représente sans doute la spiritualité de la pensée pure préservée de la tentation qui les entoure avec des lianes aux pointes aigues et représentée à gauche par des têtes grimaçantes.
Rien de bien concret ni enraciné dans la vie réelle : Mucha ne nous entraîne que dans une pensée abstraite aussi éloignée du monde que le sont les algues traditionnelles de l’Art nouveau.

En 1900 c’est la grande Exposition universelle de Paris à laquelle Mucha participe activement. Il en reçoit la médaille d'argent et la Légion d'honneur pour ses œuvres.

 

.

 

La fidélité nostalgique au pays de Moravie.

 

Milíč de Kroměříž, Étude pour l’Épopée slave, cycle n° 7, vers 1915-1916

 

Mucha peint en 1911 une série de 20 toiles sur l’Épopée slave, l’histoire tchèque, ses coutumes et ses traditions. Il offrira la série complète à la ville de Prague à l’occasion du dixième anniversaire de l’indépendane du pays.

 

Noël en Amérique, 1919


Le titre s’explique par le fait qu’au cours d’un voyage aux Etats-Unis, Mucha reçoit un don imporant d’un mécène américain lui permettant de travailler à son importante Épopée slave.

 


Retour vers spiritualité des images
Vos commentaires et réaction

 

 

haut de la page

   

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.