Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


SpiritualitÉ des images


Canaletto, Vue du Palazzo Ducale en direction de la Riva degli Schiavoni, vers 1740

 


Éblouissante Venise !

 

les arts et l’Europe au XVIIIe siècle

 

 

musée du Grand Palais


jusqu’au 21 janvier 2019

 

Gilles Castelnau



1er octobre 2018


C’est une grande et belle exposition que nous offre le Grand Palais. Nous y baignons dans l’euphorie de la fête perpétuelle, dans le prestige des palais et des églises, dans les représentations prétentieuses et magnifiques de la peinture baroque.


Gaspare Diziani, L’Annonciation

 

Déjà dans sa spendeur du XVIe siècle, alors que le concile qui travaillait à restaurer l’Église catholique menacée par la Réforme protestante, siégeait à Trente, à peine à 70 km de distance, l’ambiance intellectuelle et spirituelle des grandes familles aristocratiques ou ecclésiastiques de Venise ne s’en ressentait guère et les Titien, Véronese et Tintoret exprimaient plus la joie païenne que la componction religieuse prônée par les Pères du concile.

 

Giambattista Crosato, Moïse sauvé des eaux, vers 1733


Cette représentation de la fille du pharaon d’Égypte adoptant le petit Moïse, ne décrit pas tant l’étonnement de voir sauvé un enfant juif précisément par la fille de celui qui les avait tous condamnés à mort que plutôt la grande beauté très affectée d’une belle dame manifestemnt de la haute société vénitienne, dont la compassion se cache sous un sourire pincé et inexpressif.

 

 

Francesco Guardi, Le Doge à bord du Bucentaure part pour le Lido le jour de l’Ascension, 1775-1777

 

Au XVIIIe siècle, la Sérénissime République de Venise est à son apothéose. Elle est une puissance maritime militaire et commerciale qui compte en Europe. Elle est riche.

 

Antonio Gai, Giovanni Emo, bailo (ambassadeur) à Constantinople,

 

Ses grandes familles promeuvent à prix d’or les peintres : Canaletto, Tiepolo, Guardi et tous les autres qui brillent au firmament italien

 

Giandomenico Tiepolo, Scène de carnaval ou Le Menuet, 1751
.

Pietro Longhi, Conversation entre masques, vers 1760-1770

 

Mais les grands musiciens et les petits artistes de rue contribuent eux aussi à l’élan qui réjouit toute la population.

 

aaa

Marionnettes du XVIIIe siècle.

 

Les innombrables « campi » (petites places) sont le décor occasionnel de manifestations pendant et hors carnaval. Les comédiens, les théâtres de marionnettes s’y produisent en plein air. Les marionnettes ont aussi leur place à l’intérieur des palais

Ceux qui sont allés à Venise s’y reconnaîtront. Ceux qui n’y sont pas – encore - allés, souriront de ce monde artificiel et sublime qui fait penser à un paradis perdu.

 

Giandomenico Tiepolo, L’arracheur de dents ou Le Charlatan, 1751

 

 


Retour vers la page d'accueil
Retour vers spiritualité des images
Vos commentaires et réaction

 

 

haut de la page

   

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.