Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


SpiritualitÉ des images


 

 

 

Baiser d’aubergine

 

Pierre Boncompain

 

1938 - …

 


Musée d’art contemporain Saint-Martin
Montélimar

jusqu’au 31 décembre 2018

 

Gilles Castelnau

 

3 août 2018

Voir
Pierre Boncompain 2013
Pierre Boncompain 2018, chateau des Adhémar


Pierre Boncompain est un artiste drômois que le musée de Montélimar avait déjà présenté il y a cinq ans et que l’on a beaucoup de plaisir à retrouver cette année.
Le château des Adhémar propose également en m ême temps ses tapisseries et ses céramiques.

Le musée Saint-Martin est calme et agréable. Mais ce n’est pas seulement pour ces qualités que l’on y vient : des jeunes ménages avec leurs enfants, des mères avec leur fille adolescente – qui dans l’exposition sourit, remarque des détails, parle à sa mère. Des enfants aussi, séduits par ces images si simples, si colorées, que l’on pourrait pense-t-on facilement recopier.

C’est que Pierre Boncompain est un homme heureux, qui manifestement aime tout tranquillement la vie, les femmes, la lumière, l’amour.

François Xavier, écrivain et lauréat de l’Académie française a dit, à juste titre :

« Regarder un Boncompain procure autant de bonheur qu'une heure de jardinage, quand les mains dans la terre ou sécateur en parade, vous redessinez le monde en y participant pleinement, loin, si loin de vos réflexes numériques inutiles et assommants... »

 

Le « Baiser d’aubergine » placé ci-dessus en exergue, pourrait être de Matisse. Il est vrai que, comme lui, Pierre Boncompain aime nous faire pénétrer dans un monde de rêve ignorant les perspectives, les angles des meubles, les ombres obscures, les pièces anguleuses, un monde où l’on flotte dans une ambiance légère paradisiaque.

 

La nuit dans la fenêtre

 

La nuit tombe sur les collines de la Drôme bien aimée de Pierre Boncompain. Une nuit bleue, tiède et douce, voyez, la fenêtre est grande ouverte. Une nuit claire et encore lumineuse. Pourquoi la fenêtre est-elle oblique ? Pour la même raison que la pièce du Baiser d’aubergines n’a ni plafond ni angles et que la nappe glisse d’un côté de façon tout à fait improbable ? Une représentation de Pierre Boncompain n’est jamais précise et exacte : comment alors le rêve s’en dégagerait-il ?

 

Je suis entrée dans mon jardin

 

Elle danse nue dans son jardin. Elle caresse peut-être ses poires, mures, dorées, bien alignées avec leurs feuilles.
Elle est heureuse et souriante. Elle chante la vie. Pas de problèmes, pas de malheurs, pas de mauvais esprit ni d’esprit critique : la vie c’est la danse, la danse c’est la vie.

 

Cantique des cantiques (tapisserie)

 

Des tableaux illustrent ce chant d’amour biblique. Cette tapisserie montre le couple des bien-aimés dans une relation d’amour mais sans exprimer ni sexisme ni érotisme. Pas de passion risquant de déchaîner des passions inavouables ou douteuses : ici aussi la tendresse est apaisée et naturelle. Des grenades dans le cadre sont traditionnellement un symbole de fécondité et les grappes de raison d’abondance.

 

Jérusalem

 

D’autres tableaux illustrent le Cantique des cantiques. Celui-ci représente la ville de Jérusalem, capitale de la Bible juive. Deux colombes « de la Paix » sans doute la survolent et c‘est tant mieux. Pierre Boncompain a toujours un regard positif sur le monde. Il invite à l’espérance et non à la critique amère.

 

« Japonisme »


Toute une salle est consacrée aux estampes japonaises que Pierre Boncompain a acquises. Voici ce qu’il en dit :

« Il y a dans les estampes japonaises un art des cadrages, de la distribution de la tache dans l’espace de la feuille, une absence de perspective, une vision frontale qui est le propre de l’art moderne, une synthèse colorée, décorative, qui lie figures et paysages, un sens de l’arabesque, qui apportèrent un air frais et nouveau dans la peinture dont l’influence s’étend des impressionnistes jusqu’à Rodin Matisse, Klimt ou même Viallat et qui rejoignent en partie l’objet de mes préoccupations. »

 

aaa

Picasso
Portrait de Jacqueline - Eau-forte pour les textes de Buffon. 1942


Il collectionnait aussi des dessins de Picasso. Une deuxième salle les présente.


Retour vers spiritualité des images
Vos commentaires et réaction

 

 

haut de la page

   

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.