Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


SpiritualitÉ des images

 

Louis Cane (France, 1943) , Nativité, 2008

 

Pour un musée en Palestine

 

Nous aussi nous aimons l’art



Institut du monde arabe

jusqu’au 13 mai 2018

 

Gilles Castelnau

 

 

21 mars 2018 

Des artistes arabes et européens ont fait des dons de leurs œuvres afin de commencer à constituer le futur Musée national d’art moderne et contemporain de la Palestine qui doit être édifié à Jérusalem-Est.
L’initiative provient du geste de Jack Lang, président de l’Institut du monde arabe de Paris et de Elias Sanbar, ambassadeur de la Palestine auprès de l’Unesco, signant ensemble cette fondation en octobre 2015.

 

Joss Dray (Maroc, 1953), Feraoun, Algérie, 2008

 

L’exposition organisée à l’Institut du monde arabe entend en être les prémices. Voici le texte qui accueille les visiteurs :


L’Association d’art moderne et contemporain en Palestine

Un an est passé depuis notre première exposition « inaugurale », elle annonçait un beau projet, un pari aussi, en dépit des aléas de la conjoncture en Palestine et dans les pays alentours : fonder et constituer le noyau d’une collection avant de l’acheminer vers sa destination naturelle, dans le futur Musée national d’art moderne et contemporain de la Palestine.
[...]
La collection s’est encore enrichie. Elle rassemble désormais des œuvres d’artistes arabes et européens et nous travaillons à l’ouvrir encore plus au créateurs d’autres pays, sans distinction, sans autre règle que celle du partage de la passion du Beau qui se confond à nos yeux avec l’amour de la vie. Tout simplement.
Parallèlement, nous avons commencé la prospection pour le choix du terrain sur lequel s’élèveront les futurs bâtiments de notre Musée. Optant pour la même démarche qui a prévalu dans nos sollicitations des artistes, nous fondant sur le même principe du don solidaire, nous avons noué les premiers contacts avec des architectes de renom [...] Les première réponses sont positives et encourageantes.[...]

 

Enki Bilal (Yougoslavie, 1951) Elle, 2017



Un poème de Mahmoud Darwich éclaire la fin de la visite


Mahmoud Darwich est un des chefs de file de la poésie arabe contemporaine. Né en 1942 en Galilée, assigné à résidence durant plusieurs qnnées à Haïfa, il quitte Israël en 1970 et réside aujourd’hui à Paris (note de GC)

Nous aussi, nous aimons la vie
Nous aussi, nous aimons la vie quand nous en avons les moyens.
Nous dansons entre deux martyrs et pour le lilas entre eux, nous dressons un minaret ou un palmier.
Nous aussi, nous aimons la vie quand nous en avons les moyens.
Au ver à soie, nous dérobons un fil pour édifier un ciel qui nous appartienne et enclore cette migration.

Et nous ouvrons la porte du jardin pour que le jasmin sorte dans les rues comme une belle journée.
Nous aussi, nous aimons la vie quand nous en avons les moyens.
Là où nous élisons demeure, nous cultivons les plantes vivaces et récoltons les morts.
Dans la flûte nous soufflons la couleur du plus lointain, sur le sable du défilé, nous dessinons les hennissements.

Et nous écrivons nos noms, pierre par pierre. Toi, l’éclair, éclaircis pour nous la nuit, éclaircis donc un peu.
Nous aussi, nous aimons la vie quand nous en avons les moyens.

 

Hervé di Rosa (France 1959), Sans titre, 2003 (don de Madame Ouardia Oussedik)

 


Retour vers spiritualité des images
Vos commentaires et réaction

 

 

haut de la page

nt :  

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.