Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


SpiritualitÉ des images

 

Georges Michel, Principales productions d’origine végétale, vers 1930


Peintures des lointains

 

 

musée du quai Branly – Jacques Chirac

 

jusqu’au 6 janvier 2019

 

 

Gilles Castelnau




29 janvier 2018 

La commissaire Sarah Ligner nous montre 221 œuvres - dont 103 peintures – presque toutes récemment restaurées.
Stéphane Martin, président du musée, nous dit qu’elles ont été rassemblées ou commandées à l’occasion de l’Exposition coloniale de Paris de 1931. Il nous rend attentifs à l’idéologie de l’époque qui s’émerveillait de la beauté des paysages lointains tojours « luxuriants », « sauvages » et « exotiques », fantasmait sur l’intégration dans la Nature des peuples dits « primitifs » et idéalisait les bienfaits de la civilisation occidentale à leur égard, sans prendre en compte l’humiliation et la souffrance provoquées par leur exploitation.

Georges Michel, Principales productions d’origine végétale. Ce tableau placé ci-dessus en exergue a précisément été commandé pour l’Exposition, montre une végétation exubérante où il suffit d'un simple geste pour récolter les productions de la nature sans que la pénibilité du travail soit même suggérée.

 

Ange Tissier, L’Odalisque, dit aussi L’Algérienne et son esclave, 1860

 

Le peintre Ange Tissier n’a jamais voyagé en Afrique du Nord, ce qui ne l’a pas empêché d’en peindre des scènes imaginaires comme cette « odalisque » dont tous les détails, représentés avec précision et minutie, ont été peints en France dans son atelier

 

Paul Merwart, Portrait de l’explorateur Émile Gentil, 1899

 

Il faut reconnaître l’enthousiasme réel que la découverte des « terres inconnues » provoquait dans la population française passionnée de ces nouveautés.
L’ « explorateur » Émile Gentil pénétrait au Gabon et au Tchad. Le peintre Paul Merwart parcourait la Mauritanie, le Sénégal, le Soudan, la Tunisie la Guyane et les Antilles en tant que fonctionnaire du ministère des Colonies et peintre de la Marine. Il est mort en 1902 lors de l’éruption du volcan de la Montagne Pelée en Martinique.

 

François Auguste Biard, Deux Indiens en pirogue, vers 1860

François Auguste Biard remontait le fleuve Amazone dans la découverte des régions sauvages du Brésil et de retour à Paris, dans l’éblouissement de ses souvenirs, ne concevait la vie de ces deux indiens qu’il avait effectivement croisés sur le fleuve que comme un paradis merveilleux.

 

Jean Dunand, Éléphant

Jean Dunand répond ici à la commande d’un tableau décorant l’entrée du palais de la Porte Dorée construit pour l’Exposition coloniale de 1931.
Il est clair que les bêtes puissantes et magnifiques que sont les éléphants ne peuvent que symboliser parfaitement à la fois la beauté de la nature lointaine et la puissance de notre pays qui l’ouvre à la civilisation !

 

Théodore Frère, Halte de la caravane, entre 1850 et 1870

La paix tranquille et la beauté saisissante des pays arabes est certainement un exemple de spiritualité et de paix intérieure pour les Parisiens agités, superficiels, attachés au lucre et à la luxure.
Un tableau semblable à celui-ci et qui se trouve au musée d’Orsay représente des arabes en prière tournés individuellement dans toutes les directions, prouvant donc que le peintre ignorait même leur tradition de prier en groupe et en direction de la Mecque !

 

Paul Dupuy, Soumission du Maroc vers 1930-1931


Répondant ainsi pour le mieux à une commande des organisateurs de l’Exposition coloniale, Paul Dupuy a choisi de représenter la reddition du 27 juin 1923 du chef rebelle Sidi M’Ha Ahansali au colonel Nogès. Soumission du Maroc !

 

Louis Jean Beaupuy, Le Gouverneur général et Mme Renard à M’Pila en Afrique équatoriale française.
Ancien titre : Distribution de tissus aux indigènes. 1936


Le Gouverneur général Renard était mort quelques mois plus tôt dans un accident d’avion alors qu’il survolait le Congo. La scène représentée ici se situe au Congo près de Brazzaville. Elle montre « les bienfaits de la colonisation » à une foule ainsi rassemblée.

 


Retour vers spiritualité des images
Vos commentaires et réaction

 

 

haut de la page

nt :  

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.