Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


SpiritualitÉ des images

 

La pierre sacrée des Maoris

 

 

musée du Quai Branly - Jacques Chirac

jusqu’au 1er octobre 2017

 

Gilles Castelnau

 

25 mai 2017

En Nouvelle Zélande on trouve (comme en Chine, par exemple) la pierre dure qu’est le jade. Elle est superbe avec de belles couleur, de la translucidité, de la douceur au toucher, une résonnance acoustique.
Les Maoris la nomment pounamou et en sculptent de nombreux objets que le musée du quai Branly présente et commente.

Dans leur spiritualité, ils nomment mana le dynamisme, la force, le pouvoir psychique que l’on sent en soi, qui nous dépasse, qui anime tout ce qui vit et bouge. Vitalité qui rend capable, lorsqu’on y prend garde, de prouesses à la guerre, à la chasse, en amour, en tout ce qui compte dans la vie.
Et la dureté, la beauté de ce pounamou leur semble participer de cette force du mana. Les objets pounamou peuvent symboliser, incarner même la force du mana, l’emmagasiner, la rayonner et la transmettre.
La puissance du mana n’est pas de la superstition. Elle n’est pas surnaturelle, elle est le symbole de l’énergie universelle dont chacun expérimente la réalité.

 


Méré (arme à manche court) emblème d’un dirigeant puissant

 

Ce mere a été utilisé au cours des guerres de territoires entre Maoris et colons britanniques dans les années 1860.

 

a

             Arme d’honneur        Herminette cérémonielle

 

On sculpte en pounamou des lames qui peuvent trancher, servir d’armes de guerre. On ne les fait jamais sculpter pour soi-même : on ne peut que les recevoir ou les donner. Pris à l’ennemi ces lames de pounamou symbolisaient l’autorité des chefs et la conquête ; on pouvait les offrir pour la paix. Ils transmettent avec leur beauté, le pouvoir, le prestige, la renommée.

 

Koropepe  (pendentif)

 

On en sculpte des pendentifs – les hei tiki - et on les donne aux athlètes des Jeux Olympiques pour qu'ils aient fierté, honneur et esprit d’équipe.
Le Comité Olympique de Nouvelle Zélande est en étroite relation avec la tribu Ngai Tahu dans le but d’assurer un usage respectueux du pounamou.

Les joueurs de rugby All Blacks en portent lorsqu’ils font leur célèbre haka destiné à recevoir l’énergie du mana et à impressionner l’adversaire. Même un non-maori peut conduire le haka s’il a le mana !

 


Retour vers spiritualité des images
Vos commentaires et réaction

 

 

haut de la page

   

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.