Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


SpiritualitÉ des images


Bloody comics, 1977


Rancillac

Rétrospective


Espace Niemeyer
place du Colonel Fabien, Paris
en collaboration avec le musée de la Poste

jusqu’au 7 juin 2017
entrée gratuite

Exposition « Bernard Rancillac - Actualités », Maison Elsa Triolet-Aragon, St-Arnoult en Yvelines, jusqu'au 14 mai 2017

Exposition « Bernard Rancillac - Les années pop », Abbaye Sainte-Croix, Les Sables d'Olonne, 18 juin - 24 septembre 2017

 

Gilles Castelnau

 

24 février 2017

Immenses tableaux en couleurs acryliques vives témoins des grands drames que traverse notre monde, décennie après décennie. L’entrée est gratuite dans l’espace Niemeyer du Parti Communiste, où l’on voit aussi la grande salle des assemblées générales sous le somptueux dôme de verre.

Bernard Rancillac est un peintre français (1931-...) qui se plait à jouer avec des couleurs puissantes à la manière de la quadrichromie des bandes dessinées, avec une imagination et un humour infinis pour exprimer avec passion son scandale et son horreur de l’inhumanité partout où elle se déroule.

Il nous entraîne dans une réprobation passionnée de tous les crimes commis contre l’humanité qu’il dénonce feu et flammes et dont il se moque quand il peut.

Il est un peintre à succès puisque les expositions de ses œuvres ne se comptent plus dans toute la France – et notamment en 2008 au Grand Palais à Paris - et parfois aussi à l’étranger.

 

 

Chili. Dans le tableau placé en exergue, Bernard Rancillac ridiculise les sinistres officiers entourant en pleine gloire depuis 4 ans, le général Pinochet, organisateur de tant d’atteintes aux droits de l’Homme, en les faisant entrer dans les dessins animés de Walt Disney avec les têtes de Donald le Canard, Dingo le Chien et Mickey. Il ajoute dans le coin le personnage de Popeye dont le bras d’honneur semble railler les saluts militaires officiels.
Le terme de « bloody » ajouté à « comics » dans le titre joue sur le double sens du mot anglais qui les désigne à la fois comme « sanguinaires » et « répugnants ».

 

« Vive la République populaire de Chine » 1971

Dans les années qui ont suivi les événements de mai 68, le « gauchisme » et l’idéologie maoïste faisaient souffler la fraîcheur du renouveau révolutionnaire qui séduisait Rancillac.

 

Sakéo, 1996

Sakéo était un camp de réfugiés créé en 1979 en Thaïlande par les Nations Unies qui accueillera près de 30 000 réfugiés cambodgiens fuyant la guerre et ses massacres dont une majorité de Khmers rouges embrigadés de force par le terrible Pol Pot. Ils y parvenaient dans un état d’épouvantable misère physique et morale. L’opinion internationale s’émouvait à juste titre.

 

La jeune égorgée, 1998

La guerre civile algérienne (1991-2000) provoquée par l’insurrection du Front islamique du salut qui s’opposait à l’État algérien pour créer un État islamique a fait de 60 000 à 150 000 morts dont beaucoup de victimes civiles. Bernard Rancillac montre sa compassion.

 

a

                                      Le Muézin                                                                                          Le Mur, 2013

Avec humour et tendresse Bernard Rancillac se moque gentiment en même temps du musulman et du juif qui prient chacun selon sa propre religion. Il les trouve tous les deux également sympathiques mais montre qu’il ne prend pas leur piété au sérieux. Manière de s’impliquer dans la guerre israélo-palestinienne sans pourtant prendre parti.



Retour vers spiritualité des images
Vos commentaires et réaction

 

 

haut de la page

   

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.