Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


SpiritualitÉ des images

 

Petit Palais, entrée de l’exposition

 

Oscar Wilde

1854 - 1900

l’impertinent absolu

 

Petit Palais, Paris
jusqu’au 26 février 2017

 

 

Gilles Castelnau

 

16 novembre 2016

Oscar Wilde, né dans une famille irlandaise bourgeoise et protestante, menait à Londres la vie brillante et élégante d’un écrivain, homme de lettres à succès. Il était célèbre pour son esprit caustique, ses poèmes, ses « pensées », ses commentaires d'expositions de peinture.

Les commissaires Dominique Morel et Merlin Holland pour retracer sa vie et son œuvre, ont réussi à rassembler un très grand nombre de documents de l'époque, manuscrits, photos, dessins. Ils ont affiché sur les murs plusieurs de ses maximes les plus frappantes : C’est lui qui a dit le premier : « je résiste à tout sauf à la tentation ! ».

« La modération est une chose fatale.
Rien ne réussit mieux que les excès »


Tout son prestige s’effondra lorsqu’il fut condamné pour homosexualité à l’âge de 43 ans à deux ans de prison. Ruiné, discrédité, il s’installa en France dès sa libération, en 1897.

 

« On ne doit jamais faire ses débuts par un scandale :
il faut réserver cela pour l’intérêt de ses vieux jours »



Il mourut à Paris dans la misère trois ans après et fut enterré au cimetière du Père Lachaise.

 

« S’aimer soi-même, c’est se lancer
dans une belle histoire d’amour qui durera toute la vie »

 

Les commissaires ont réuni plusieurs des tableaux qu'il a aimés et dont il a fait des commentaires.

 

John Sargent, Ellen Terry en Lady Macbeth, 1889


La fameuse actrice Ellen Terry, est représentée ici dans le rôle de Lady Macbeth. Oscar Wilde qui fut témoin de son arrivée chez John Sargent pour une séance de pose s’exclama : « La rue qui, par une matinée triste et humide, nous a laissé apercevoir Lady Macbeth vêtue en reine, ne sera plus jamais comme n’importe quelle rue. »

 

John Roddam Spencer Stanhope, L'Amour et la jeune fille, 1877


Oscar Wilde rendit compte avec admiration de ce tableau de style préraphaélite, exposé en 1877 à la Grosvenor Gallery.


Evelyn De Morgan, La Nuit et le Sommeil 1878


Décidément Oscar Wilde aimait le style pré-raphaélite

 

Sir William Blake Richmond, Sarpedon, 1879


Cette peinture représente l’enlèvement du corps de Sarpédon, tué, d’après l’Iliade lors de la guerre de Troie, par le Sommeil et la Mort pour être enterré dans sa province de Lycie. Elle fut présentée à la Grosvenor Gallery de Londres en 1879 et impressionna Oscar Wilde qui écrivit : « Ce noble tableau de Richmond est une œuvre d’excellence artistique du plus haut niveau »

 

___________________

On se souviendra de la belle exposition du musée d'Orsay en 2012 Beauté, morale et volupté dans l’Angleterre d’Oscar Wilde


Retour vers spiritualité des images
Vos commentaires et réaction

 

 

haut de la page

   

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.