Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


SpiritualitÉ des images

 

Philippe Cara-Costea, Portrait de Claude, 1951

 

Les Insoumis de l’Art Moderne

Paris, les années 50

 

musée Mendjisky-Écoles de Paris
15 square de Vergennes
au niveau du 279 rue de Vaugirard Paris 15e

jusqu’au 31 décembre 2016

 

Gilles Castelnau

 

25 octobre 2016

Ce charmant musée est ouvert depuis deux ans aux Écoles de Paris.Il va malheureusement fermer le 31 décembre de cette année faute de ressources : il ne reçoit aucune subvention de personne...
Il nous fait découvrir dans cette exposition les jeunes peintres des années 1950 qu’il nomme, sans doute à juste titre, les « Insoumis ». Paradoxalement, cette appellation qui ferait plutôt penser à des révolutionnaires chevelus et déstabilisants, désigne ici des hommes – et une femme – qui, au contraire, se veulent traditionalistes.
Ils se refusent à entrer dans la folie de l’après-guerre où l’abstraction et les recherches les plus bizarres règnent souverainement et ils s’en tiennent à un réalisme humain, paisible et sympathique.

 

Michel Thompson, Claudine à l’enfant, 1949

 

Les commissaires de l’exposition nous disent que ces peintres ont été fascinés par la réouverture au public du musée du Louvre et des galeries de peinture où ils ont pu découvrir la peinture classique et notamment le naturalisme de Courbet.

 

Françoise Adnet, Le Mur rouge, 1956

 

Ils avaient du talent et le succès leur a immédiatement souri. Sur les quatre niveaux de ce petit musée tranquille (pas si petit que cela, d’ailleurs), dans une impasse plantée de grands arbres, l’exposition présente une soixantaine d’œuvres de ces peintres du bonheur.

 

Françoise Adnet, Jeune fille à l’orange, 1956

 

Leurs personnages expriment le soulagement subitement éprouvé lorsque la paix mit fin aux horreurs de l’occupation nazie. Ils expriment le silence sidéré qui suivit la fin des violences, l’humanité qui se cherche et se découvre.

 

Bernard Lorjou, La Peste en Beauce, 1953

 

On dit que Lorjou avait nommé cette toile « la Guerre bactériologique » en pensant à la guerre du Vietnam mais que les États-Unis avaient demandé qu’il en change le titre qui les mettait trop en question.

 

Bernard Buffet, La Poissonnerie, 1951

 

Bernard Buffet était, certes, de nature dépressive, mais les magasins aux étals presque vides qu'imposait la période de « restrictions » en favorisait évidemment la terrible expression.

 

 

Retour vers spiritualité des images
Vos commentaires et réaction

 

 

haut de la page

   

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.