Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


SpiritualitÉ des images

 

Ben

« Je suis ce que je suis »



Montéimar, musée d’Art contemporain Saint-Martin

jusqu’au 31 décembre 2016


Gilles Castelnau


28 juillet 2016

Les amusantes – et surprenantes – œuvres de Ben se trouvent aux quatre coins du monde dans les grands musées et de nombreuses  expositions. Le petit musée de Montélimar nous en présente une excellente sélection pour le plaisir des enfants et l’intérêt des adultes.

 


Les gestes
« Qu’est-ce que l’art ? » se demande Ben dans l’après-guerre où la post-modernité explosait. Et sa réponse provocatrice était : « ce que quelqu’un a signé ». C’est ainsi qu’il « signa » sa fille Éva Cunégonde, comme il « signa » aussi, par exemple, une trace de peinture blanche qu’il laissa, à Nice, sur la Promenade des Anglais.
Il « signe » ainsi, pour plaisanter, des moments banaux du quotidien, simples affirmations de la force de vie qui nous habite tous.

 


Ses « écritures » surprennent au premier abord, saisissent, amusent. Elles donnent évidemment à penser, mais sans la prétention et l’autorité des professeurs de la grande philosophie. C’est ce sourire tout simple dont la vérité et la justesse nous transpercent qui donne sans doute à Ben son énorme popularité.

 

 

« Rien »
Il se défend d’être un maître à penser. Il ne saurait être un peintre à succès. Il est lui-même saisi par la vague de l’incertitude du XXe siècle et participe à l’interrogation un peu nihiliste de ses amis qui s’écrient : « Mais que faire après Marcel Duchamp ? ». (C’est lui qui, en 1917 avait scandalisé tout le monde en proposant à une exposition new-yorkaise un urinoir industriel de faïence blanche qui lui avait été refusé au motif « qu’il ne s’agissait pas d’une œuvre d’art ». Une réplique en avait  pourtant été présentée en 1964 au musée du Centre Pompidou).

La réponse de Ben à la question était : « ne rien faire ».

 


« La vie »

Il organisait néanmoins, chez lui à Nice et ailleurs, de nombreux débats animés, qui ont d’ailleurs duré jusqu’en 2011 et proposaient des thèmes de la vie quotidienne comme l’ego, l’argent, le sexe etc.
Il manifestait profondément un humanisme universaliste et militant

 

 

 

Retour vers spiritualité des images
Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

arati  

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.