Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


Spiritualité des images


Vue imaginaire de la Grande galerie du Louvre, 1796

Hubert Robert, 1733-1808

un peintre visionnaire

 

Musée du Louvre

jusqu'au 30 mai 2016

 

Gilles Castelnau


 

4 avril 2016

La remarquable habileté picturale d’Hubert Robert, son art notamment de représenter des monuments et des palais dans le goût du romantisme naissant ont fait de lui l’homme à succès du Paris élégant de l’Ancien Régime.

Il sut saisir l’occasion inespérée d’aller à Rome que lui offrit son bienfaiteur le comte de Stainville qui venait d’être nommé ambassadeur de France. Il y séjourna 10 ans, y rencontra Piranese qui adorait cette ville et lui communiqua sa passion à en représenter l’architecture splendide. Il s’y lia d’amitié avec Fragonard qui y était aussi, et avec qui il dessinait pendant des journées entières les palais de la ville et les châteaux des environs.

 


Caprice architectural avec un canal, 1783

 

Ceux-ci étaient parfois dans un triste état d’abandon, occasion rêvée pour Hubert Robert de s’exercer à représenter les fameuses ruines dont le romantisme naissant à l’époque faisait grand cas.


Le Pont, 1776


Il en rapporta à Paris quantité de croquis et d’esquisses qu’il élabora en tableaux que se disputaient la noblesse et les riches bourgeois.

 

Les Bergers d’Arcadie, 1789

 

Ses tableaux sont très grands mais si l'on regarde attentivement on se réjouit de la grâce et de la précision avec lesquelles il dessine les petits personnages.

 

Les Bergers d’Arcadie, détail

 

Il fut d’ailleurs nommé dessinateur des Jardins du Roi et aménagea le Hameau de la Reine à Trianon.

Il fut emprisonné sous la Révolution, passa 10 mois en prison et fut sauvé de justesse par la mort de Robespierre qui marqua la fin de la Terreur.

Il fut alors jusqu’à sa propre mort conservateur du Louvre.

 

Projet pour la transformation de la Grande galerie, 1796

 

 

Retour vers spiritualité des images
Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

ational Gallery  

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.