Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


Spiritualité des images




Notre-Dame de Paris

 

 

Dom Robert
a
l’ode à la création

 

Cathédrale Notre-Dame de Paris
jusqu’au 2 février 2016


Gilles Castelnau


24 novembre 2015

A l’occasion de la COP21, la cathédrale Notre-Dame présente dans sa nef six tapisseries de dom Robert (1907-1997), moine bénédictin de l’abbaye d’En Calcat dans le Tarn, dont l’œuvre est exclusivement centrée sur la nature. Dom Robert a créé près de cent cinquante cartons de tapisserie représentant la nature.
Un musée lui est entièrement consacré dans le Tarn, intégré au site Abbaye-école de Sorèze. Il a été créé et financé par le Syndicat mixte, composé de la Région Midi-Pyrénées, le département du Tarn et la Ville de Sorèze.

« Il n’y a qu’une chose qui ne trompe pas, c’est la nature. La nature, c’est le vrai, le réel » a dit dom Robert.

 


Les Enfants de lumière
, 1968
350 x 506 cm

 

Il est remarquable que dom Robert ait passé toute sa vie de moine à regarder la nature, non pas tellement ses paysages, ses montagnes, ses océans ou ses couchers de soleil ni même les hommes et les femmes entourant son abbaye, mais uniquement la vie animale et végétale qu’elle suscite et fait grandir. Ce sont les animaux et surtout les plantes qu’il contemple, qu’il aime, dont il s’enthousiasme et qu’il représente dans des tapisseries et superbes. Il a certainement passé du temps dans la nature à observer les plantes, à choisir les plus étranges et les plus colorées. Puis à les rapprocher et les peindre en ensembles immenses et tournoyants d’une richesse et d’une beauté qui ne sortent de son cœur enivré d’une vision fantasmagorique.

 

Plein champ, 1970
252 x 443,5 cm

 

La nature « ne trompe pas », a-t-il donc écrit. « La nature, c’est le vrai, le réel ». Mais si les garrigues du Tarn produisent certainement ici et là les plantes et les fleurs qu’il reproduit, personne n’a jamais vu et ne verra jamais, que dans des rêves merveilleux, des composition aussi féeriques.

Dom Robert n’était pas, comme on a pu l’écrire, un « grand ami de la nature ». Ce n’est pas la nature réelle qu’il nous montre. Ce n’est pas un regard banal et ordinaire qu’il jette sur son entourage. Ce n’est certainement pas celui d’un naturaliste attentif à constituer un herbier.

C’est la vision surréelle émanant d’un esprit émerveillé par la méditation d’une vie possible dans un au-delà transfiguré. C’est la nature déjà « ressuscitée ». Les hommes sans doute y trouveront leur place, après avoir laissé monter en leur coeur, l'émerveillement de la lumière que dom Robert a si bien su révéler.

 

L’École buissonière (détail), 1978
197,5 x 430,5 cm

 

Retour vers spiritualité des images
Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.