Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


Spiritualité des images





Pierre Bonnard
, Le Débarcadère, 1934


Villa Flora

les temps enchantés

 

Chefs-d’œuvre de la collection Arthur et Hedy Hahnloser

 

 

Musée Marmottan-Monet
jusqu’au 7 février 2016

 


Gilles Castelnau


6 novembre 2015

Nous sommes en Suisse, à Winterthur, près de Zürich, au début du 20e siècle. Arthur Hahnloser est un jeune ophtalmo qui gagne très bien sa vie. Son épouse Hedy vient de faire un bel héritage qui leur permet d’acquérir dans leur entourage la villa Flora. Elle leur plaît car elle est souriante et aérée, bien différente des châteaux à allure noble des grands bourgeois qu’ils fréquentent.

 

Henri Mauguin, La Sieste, 1905

 

Et justement ils se singularisent par leur désir profond de s’intégrer dans la vie de leur époque telle qu’elle commence à naître et notamment dans le monde artistique. En 1905 (ils ont 35 et 32 ans) ils viennent voir ce qui se fait à Paris et y rencontrent Félix Vallotton, un jeune peintre suisse qu’ils apprécient tout de suite et dont ils achètent des tableaux. Ils sympathisent, s’initient avec lui à la peinture contemporaine et… commencent ce qui va devenir une splendide collection.

 

Félix Vallotton, La Charette, 1911

 

La villa Flora de Winterthur devient un vrai musée. Les Hahnloser en couvrent petit à petit les murs de tableaux. Le salon y est aménagé « sur mesure » ainsi qu’une vaste salle à éclairage zénithal.

 

 

Odilon Redon, Le Bateau rouge, 1910

 

 

Leur renommée s’étend, leur goût se discute et tous les mardis leur salon retentit de la passion que suscitent les « peintres du bonheur » qu’ils acquièrent et que leurs amis adorent : Félix Vallotton, Pierre Bonnard et Édouard Vuillard pour commencer, Claude Monet, Édouard Manet, Henri Matisse. Ils sont rejoints par les ancêtres, Paul Cézanne et Vincent van Gogh et bien d’autres.

 

Henri Matisse, Odalisque debout, 1918-1919

 

___________________________________________


Voir aussi sur ce site

 Pierre Bonnard, Peindre l’Arcadie

Félix Vallotton, le Feu sous la glace

Odilon Redon, Les Archives du rêve

                        Prince du rêve

Henri Matisse, Comment dire l’instant en peinture

 

 

Retour vers spiritualité des images
Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.