Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


Spiritualité des images




Giovani Boldini, En traversant la rue


 

Splendeurs et misères


images de la prostitution


1850-1910

 

musée de Paris-Orsay

jusqu’au 17 janvier 2016

 

Gilles Castelnau


1er octobre 2015

Cette grande et belle exposition présente nombre de toiles magnifiques. Ses nombreux cartels donnent à penser. Une quantité de photos « interdites aux moins de 18 ans » y sont également rassemblées.

C’est avec beaucoup d’humanité, sans aucun mépris et esprit de jugement, et certainement de tendresse que les peintres ont représenté ces femmes telles qu’ils les voyaient, telles qu’ils comprenaient leur situation.

Aucune critique sociale, ni positive ni négative, aucun sentiment de répulsion ou d’exclusion, aucune réprobation non plus d’un système social très conservateur. Images d’un monde aujourd’hui disparu...

Voici des images et les titres et des cartels explicatifs excellemment rédigés par les Commissaires :

 

Ambiguité

« On ne sait plus aujourd’hui si ce sont les honnêtes femmes qui s’habillent comme des filles ou les filles qui sont habillées comme les honnêtes femmes » (Maxime de Camp, 1875)

« Attablées, dès l’heure de l’absinthe sur le devant des cafés, provocantes, le visage plâtré, la lèvre rouge, humant la cigarette, elles montraient le genou levé sur un petit banc, leur bottine à talon haut » (Octave Uzanne, 1886)

 

Edouard Manet, La prune

 

« Par la prostitution, reconnue comme vice légal on dégrade indignement la femme et l’on méconnaît l’égalité qui doit régner entre elle et l’homme. Le mépris de la femme est dangereux pour l’ordre moral et social tout entier » (Léo Taxil, 1884)

 

Amaury-Duval, Marie Anne Detourbay, dite Mademoiselle Jeanne de Tourbay, comtesse de Loynes, 1862

 

La comtesse de Loynes tient un salon très recherché sous le Second Empire. Elle entretient plusieurs liaisons, notamment avec le prince Jérôme Napoléon.

 

 

L’aristocratie du vice. Monde et demi-monde

 

Henri Gervex, Rolla

 

 

Edouard Manet, Olympia

 

L'Olympia provoque un scandale au Salon de 1865

 

Jean Béraud : la Madeleine chez le pharisien

Les modèles de certains des participants sont reconnaissables. Mme Chantal Georgel les a identifiés et décrits : on reconnaît Ernest Renan, le chimiste Chevreul, Dumas fils. La Madeleine repentante n’est autre que la demi-mondaine Liane de Pougy. Quant au Christ il est le journaliste et militant socialiste Albert Duc-Quercy.

 

 

Prostitution et modernité

 

Toulouse Lautrec, Au Moulin Rouge, 1892-1895

 

Picasso, La buveuse d’absinthe, 1901

 

Derain, La femme en chemise, 1906

 

 

 

Retour vers spiritualité des images
Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.